Fabrice Éboué. . © Crédits photos capture émission Bonjour la France/Europe 1

Fabrice Éboué : “On met toujours le paquet le premier jour, pour qu’il y ait du monde tout de suite en salles”

Le 11 octobre prochain, le comédien et humoriste Fabrice Éboué proposera son tout nouveau film "CoeXister", et le pression (des chiffres) est palpable…

C’est avec une nouvelle comédie que Fabrice Eboué marque son retour au cinéma. Pour son troisième film, il réunit à l’écran Ramzy Bedia, Audrey Lamy, Amelle Chahbi (sa compagne dans la vie), Mathilde Seigner ou encore Guillaume De Tonquédec.
Sur Europe 1, Daphné Bürki a questionné l’acteur dans son émission “Bonjour la France” :
“Sur l’échelle du trouillomètre vous êtes à combien à peu près ?” : “C’est comme un an 1/2 de boulot donc…Il y a ce qu’on appelle “La soirée chiffres”, c’est le mercredi, le jour de la sortie du film. On va à la séance de 10h au ciné de Châtelet-Les Halles, et on compte le nombre de spectateurs dans la salle. On a alors déjà un avis très clair de ce que va donner le film“, explique Fabrice Éboué.

Pour un film, tout se joue le premier jour de la sortie

La pression des chiffres, elle est visiblement très forte comme le détaille Fabrice Éboué qui ajoute :
L’échéance d’après se situe à 14 heures, avec des chiffres plus globaux. Là, tu sais si pendant un an et demi tu as perdu ton temps ou pas. On met toujours le paquet le premier jour. Aujourd’hui tout est joué le premier jour. Avec le nombre de réalisations qui sortent chaque semaine, les exploitants doivent en effet faire des choix tranchés. Il y a tellement de films qui circulent que si tu ne marches pas tout de suite, ils (les exploitants, ndlr) ne peuvent pas te garder car d’autres longs-métrages prennent ta place en salle. C’est pour ça qu’on met toujours le paquet le premier jour, pour qu’il y ait du monde tout de suite“, raconte Fabrice Éboué.

Synopsis du film :
Sous la pression de sa patronne, un producteur de musique à la dérive décide de monter un groupe constitué d’un rabbin, un curé et un imam afin de leur faire chanter le vivre-ensemble. Mais les religieux qu’il recrute sont loin d’être des saints…