Cyril Hanouna dans TPMP . © Capture d'écran TPMP

Une députée PS s’attaque à TPMP et dit non aux pratiques d’Hanouna

Marie-Anne Chapdelaine, une députée PS, n'apprécie pas TPMP et elle le fait savoir. Elle a adressé un courrier au ministère de la Culture pour mettre fin aux pratiques d'Hanouna dans l'émission.

Ça chauffe pour TPMP ! Marie-Anne Chapdelaine est une députée PS de la première circonscription d’Ille-et-Vilaine. Mais elle est aussi une téléspectatrice révolté qui veut mettre fin aux « pratiques déplorables » de Cyril Hanouna dans son émission Touche Pas à Mon Poste. Elle l’a fait savoir dans un courrier publié sur son site le 13 novembre et envoyé à la ministre de la Culture, Audrey Azoulay.

Des pratiques à l’encontre du message de l’Education nationale

Pour la femme politique, TPMP est devenu un mauvais exemple pour les téléspectateurs, en affichant à une heure de grande écoute des « pratiques répétées et déplorables de l’animateur Cyril Hanouna dans son émission quotidienne » comme l’écrit la députée. Des pratiques qui consistent à « tolérer des agissements répétés et vexatoires -que l’assentiment de la victime ne transforme pas en un chèque en blanc à celui qui porte les coups- » à l’opposé de ce pour quoi « la puissance publique, les professionnels, les associations et les parents se mobilisent ».

Comme elle l’explique dans une tribune publiée sur RMC, elle déplore « que l’on permette, à des moments de grande audience, qu’on puisse se moquer du plus faible, qu’il y ait des moqueries dégradantes et qui remettent en cause ce que l’on essaye de mettre en place au sein de l’Education nationale ».

Rire mais sans humilier

Marie-Anne Chapdelaine tient à préciser que son coup de gueule ne vise pas l’animateur Cyril Hanouna ou l’émission en particulier et respecte la liberté d’expression. Elle précise : « Ce que je défends, c’est seulement que cette relation détestable soit mise en vitrine car il est su de toutes celles et ceux qui éduquent que cet humour malsain d’une star médiatique légitimera d’autres abus que nous ne pouvons ni ne voulons plus tolérer ».

Elle conclue : « rire oui, parce qu’on en a tous besoin et surtout en ce moment, se moquer pourquoi pas quand c’est fait avec talent mais se moquer de manière dégradante non. Cela nuit à ce que l’on essaye d’enseigner aux enfants ». En attendant elle assure également n’avoir eu aucun retour du ministère de la Culture depuis la publication de sa lettre. Audrey Azoulay n’a pour l’instant pas commenté les polémiques autour de l’émission comme le piège morbide fait à Matthieu Delormeau et les humiliations répétitives à son égard ou encore l’affaire du bisou volé de Jean-Michel Maire.