Brigitte Macron: son neveu dévoile et s'exprime sur cette catastrophe

Brigitte Macron: son neveu dévoile et s’exprime sur cette catastrophe

  • Marie P.
  • 27, mai 2020 à 19h18

Brigitte Macron: À Amiens, Jean-Alexandre Trogneux, patron de la chocolaterie Trogneux a perdu 80 % du chiffre d’affaire comparé à 2019.

Le famille de Brigitte Trogneux ou Brigitte Macron, sont très touchés par la crise économique. En effet, les dix boutiques de chocolaterie et de confiserie subissent les dommages collatéraux de la sanitaire du coronavirus, certaines boutiques ont été fermées plusieurs semaines entraînant un déficit important.

 

Ce vendredi 15 mai 2020, on apprend dans un papier de France Bleu que la chocolaterie Trogneux, a « perdu 80 % de son chiffre d’affaire a par rapport à 2019″.

Jean-Alexandre Trogneux, le patron, s’est exprimé et a confirmé tout de même, que grâce à la période de Pâques, il a fait pu limiter les dégâts. « Notre chocolaterie ressemblait à une plateforme Amazon, »s’amuse-t-il, en effet, durant cette période, près de 400 colis de chocolats ou macarons par jour étaient vendus.

Geste solidaire pour les associations

Jean-Alexandre Trogneux a choisi quoi qu’il en soit d’aider les plus démunis à Amiens.

À cause du Covid-19, six boutiques de chocolats et confiserie amiénoise ont dû être fermées.

Et pour ne pas gaspiller les stocks, le neveu de Brigitte Macron a choisi de faire un geste solidaire et pour les personnes dans le besoin.

C’est le Courrier Picard qui révélait, en mars dernier, que l’entreprise familiale de chocolaterie et de confiserie avait fait un don de 45 000 macarons et de plusieurs dizaines de kilos de chocolat aux Restos du Coeur et à la Croix-Rouge, alors qu’ils devaient initialement être vendus pour la fête de Pâques.

Une entreprise familiale qui a les fondations pour tenir debout, d’autant que le fils de Jean-Alexandre, Jean Baptiste, a rejoint l’entreprise fin 2019 et y apporte la touche numérique. « On a un vrai savoir-faire là-dessus. Il est composé à 100 % d’ingrédients naturels. La recette n’a jamais changé depuis ses origines. » expliquait le petit dernier au Courrier Picard. « Mes parents ne m’ont pas forcé la main. Au contraire, ils m’ont transmis l’amour de ce qu’ils font depuis des années. Je suis très heureux d’être à leurs côtés aujourd’hui », s’était-il ému, à l’époque.

Crise économique et insécurité

En marge des manifestations des gilets jaunes, le neveux de Brigitte Macron avait déjà vécu des heures difficiles, notamment suite à la rumeur qui disait que le propriétaires des chocolateries était en réalité Emmanuel Macron …

Et, Dans les colonnes du Parisien, il avait raconté les tentatives d’intimidation dont il était victime ainsi que des employés: “On crache sur la vitrine des magasins. On raconte aux salariés qu’ils ont un salaud de patron. Des vendeuses arrivent en pleurs dans mon bureau.” Il l’affirme : “J’ai l’impression d’être un bouc émissaire, un défouloir. Il faut rétablir la vérité.”

Il s’inquiétait aussi pour la véritable sécurité de ses employés : “On a menacé de faire brûler la chocolaterie sur les réseaux sociaux. La personne a été placée en garde à vue. J’ai peur de l’acte d’un déséquilibré.”