Brigitte Macron: un appel téléphonique super osé où Didier Raoult se plaint énormément !

Brigitte Macron: un appel téléphonique super osé où Didier Raoult se plaint énormément !

  • Valerie Hommez
  • 30, août 2020 à 13h47

Alors que la Première dame de France, se trouvait dans le sud dans le Fort de Brégançon où elle séjournait avec son époux le président de la République comme chaque année, Brigitte Macron a reçu un appel du très médiatique professeur Didier Raoult durant cette période.

Un article paru récemment dans Le Parisien, affirme que l’infectiologue marseillais et l’épouse du président de la République n’en sont pas à leur premier contact. Lors de cet entretien, le médecin aurait fait part de son mécontentement quant au choix des personnes qui composent le conseil scientifique, chargé d’épauler le gouvernement à propos du covid-19.

Ce n’est pas la première fois, que Didier Raoul remet en cause cette assemblée qui, selon lui, est ” constituée de personnalités non-spécialistes du coronavirus “. Si l’entourage de Brigitte Macron confirme que cette conversation a bien eu lieu, il ne révèle qu’en partie l’objet de cette discussion. ” L’échange portait sur la circulation du virus. En sa qualité de présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, Brigitte Macron échange régulièrement avec de nombreux professionnels de santé, sur tout le territoire et notamment les territoires les plus impactés “.

Les collaborateurs de Brigitte Macron insistent sur le fait que si la Première dame de France est en contact avec de nombreuses personnes spécialisées dans le domaine, en aucun cas elle n’intervient de près ou de loin dans les nominations. Le sentiment de Didier Raoult concernant les experts en charge du dossier et leurs méconnaissances du coronavirus, l’avait déjà amené à faire connaître son sentiment à l’épouse du président. Ce fut notamment par l’intermédiaire d’une amie commune, la productrice de télévision, Sabrina Agresti Roubache, que le médecin parfois controversé, avait fait part de ses impressions afin qu’elles remontent jusqu’au sommet de l’État. Visiblement, son appel avait été entendu puisque le président Emmanuel Macron avait reçu en personne Didier Raoult, pour converser sur la situation de la crise de la pandémie. Mais malgré ce rapprochement entre les deux hommes, ce ne fut pas le médecin marseillais qui était élu à la tête du conseil scientifique, mais bien Jean-François Delfraissy.

Une nomination en forme de revers pour l’homme qui se considère, et qui est considéré, par plusieurs experts comme le spécialiste en la matière. Mais il est fort vraisemblable, que les nombreuses critiques publiques que Didier Raoult a adressé à l’encontre du gouvernement et à certains de ses collègues scientifiques, trop proches du pouvoir, auront eu comme conséquence de l’écarter de la liste des candidats potentiels. ” Pour Didier Raoult, ce choix est une claque. Il connaît bien Jean-François Delfraissy, qu’il a fait rentrer au conseil d’administration de l’IHU , mais les deux hommes sont fâchés “ pouvait-on lire dans les colonnes du Magazine l’Obs. Didier Raoult en rajoutait une couche en affirmant qu’il s’agissait d’une très mauvaise décision : ” On ne peut pas mener une guerre avec des gens consensuels. Le consensus, c’est Pétain. Insupportable. On ne peut pas décider de cette manière “.

Donc, malgré ses échanges avec le président de la République et avec son épouse, Didier Raoult ne semble pas avoir été entendu par les autorités suprêmes du pays. Une non-reconnaissance que le médecin pourrait être attribué à ses prises de position radicales sur le choix de la France de ne pas suivre les conseils qu’il distille depuis le début de la crise. Si le spécialiste en infectiologie mondialement reconnu, prônait l’utilisation de l’hydroxychloroquine dès les premiers signes de la pandémie, le gouvernement via le ministère de la Santé s’était, de manière catégorique, opposé à cette idée. Prétextant une dangerosité de la molécule et son inefficacité, les experts proches du président avaient rejeté cette hypothèse comme une solution. De son côté, le professeur Raoult, sûr de son fait, n’a cessé de rester sur la même ligne en prouvant par ses études, le bienfait de sa théorie. Mais ces statistiques ont systématiquement été contestées, car selon les proches du ministère de la Santé, elles n’avaient pas été réalisées dans des conditions satisfaisantes.

Deux visions d’une solution à un même problème qui s’affrontent depuis des mois, qui ont fait dire au professeur Raoul que certains devaient avoir un intérêt économique à ce qu’un médicament bon marché et efficace ne soit pas rendu disponible pour tous. Une vision des choses et des accusations qui n’ont certainement pas favorisé son arrivée au conseil scientifique qu’il critique ouvertement aujourd’hui. Entre le conseil scientifique, chargé de conseiller le gouvernement sur le coronavirus et l’infectiologue marseillais, c’est donc une véritable guerre des déclarations qui s’est déclenchée depuis plusieurs mois. Les membres de ce conseil composé de 11 experts n’hésitent pas, eux non plus, de leur côté à adresser des attaques frontales envers Didier Raoult.

Brigitte Macron

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Mes amours 💖

Una publicación compartida de 💕 Emmanuel Macron Fanpage 💕 (@macroncestmapoule) el


Selon eux, le médecin originaire de Marseille aurait eu des propos infamants et dépourvus de fondement et qui relèvent même de la calomnie. Selon le professeur Delfraissy, le professeur Raoult a fait preuve d’une certaine forme d’intention de tromper les députés de la Commission en entretenant de manière répétée une confusion entre les notions bien distinctes de liens et de conflits d’intérêts. “ Les membres du conseil scientifique souhaitent vous faire part de leur vive réprobation à l’endroit d’allégation sans fondement tenu par le professeur Raoult pourtant sous serment, ainsi que de propos manifestement outranciers dont les intentions et les prétentions ne lui semblent plus guère relever du registre de la science ” concluait le membre du conseil scientifique, dans un courrier datant du 30 juin, adressé à la présidente de la commission Brigitte Bourguignon et à son rapporteur Éric Ciotti, et au président de l’Assemblée Richard Ferrand.

Dans un autre courrier, datant du 1er juillet adressé également à Richard Ferrand, la présidence du HAC, Dominique Le Guludec s’insurge également contre les propos du professeur Raoult sur les conflits d’intérêts “ Affirmer devant la représentation nationale, de manière vague et non étayée, que le HAS est soumise à ‘des conflits d’intérêts très sérieux’ relève de la calomnie ” expliquait avec conviction Madame Le Guludec, avant de préciser ” Je ne saurais accepter que la réputation de la Haute autorité de santé, son sérieux et son intégrité soient remis en cause avec une telle légèreté à l’occasion d’un moment aussi important qu’une audition par les parlementaires “.

Mais malgré ces attaques en règle, le discours du professeur Raoult n’a jamais varié. Il semble toujours aussi convaincu du bien-fondé de sa pensée, et d’ailleurs de son traitement également. Il remet en cause aussi l’idée d’une deuxième vague et attribue l’augmentation des cas positifs à l’augmentation des tests. De plus, il rappelle que s’il y a encore des gens infectés, les services de réanimation sont, selon lui, occupés dans une moyenne à la normale.