Cette maman dépense 2 000 euros chez Lidl, une mauvaise surprise attend l’enseigne…

Des arnaques dans les supermarchés, il y a en a tous les jours. C’est même la bête noire des enseignes. Mais celle-ci vaut vraiment le détour !

Cette maman dépense 2 000 euros chez Lidl, une mauvaise surprise attend l’enseigne...
© Lidl

Lidl: Au sein de la rédaction de LDpeople, on vous donne souvent les bons plans de la célèbre enseigne allemande. Mais cette fois-ci, on a préféré vous raconter cette anecdote qui a fait le tour du net. Et surtout, que Lidl n’est pas prêt d’oublier ! En effet, cette mère de famille a fait plus de 2000 euros de cours chez Lidl en 15 jours. Jusqu’ici, rien d’anormal. Mais ce qui va suivre risque de vous surprendre !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Lidl France (@lidlfrance)

D’après la spécialiste britannique en criminologie britannique Emmeline Taylor, on pourrait observer aux caisses automatiques quatre grands types de vols. Il y a d’abord les vols par substitution. Typiquement, le client a pesé un fruit ou un légume cher. Mais il a tapé sur la balance quelque chose de beaucoup moins cher. Il y a aussi le vol par accident. Ca arrive. On oublie qu’on avait posé un article sous un sac par exemple. On voit que ça fonctionne. Alors on se met à vraiment voler de façon intentionnelle.

Une arnaque assez particulière !

Et puis, il ne faut pas non plus oublier le vol par compensation. Le client n’est pas content des des machines automatiques. Il estime qu’il fournit désormais le travail d’une caissière. Alors, il vole pour compenser ce travail non rémunéré. Tout simplement !

Enfin, on observe aussi le vol par frustration. Pour le client, ce n’est pas de sa faute. Cela vient de l’étiquette. Il trouve une excuse à fournir en caisse. “Je n’ai pas trouvé la référence des mangues, donc j’ai choisi les pommes. », peut-il par exemple justifier.

Bien sûr, comme tout type de vol, on trouve une palette de déclinaisons. Il y a les méthodes simplissimes. Et d’autres arnaques bien plus sophistiquées. Tout est bon pour repartir avec son butin une fois les portes du magasin franchies. Le vol le plus répandu dans les supermarchés, c’est bien évidemment le changement d’étiquettes sur les fruits et légumes. Entre le prix d’une mangue et celui d’une pomme, difficile de résister.

La sanction a été à la hauteur du délit

Ainsi, nombreux sont les clients à utiliser la mauvaise étiquette sur un fruit exotique par exemple. Le but, c’est de ne pas payer le prix réel, toujours bien plus cher qu’un fruit local et de saison !

Dès lors, les magasins sont aux aguets. Ils embauchent des services de sécurité qui veillent au grain. Sachez en tous cas qu’il y a plusieurs types de vols : il y a ceux qui volent parce qu’ils ont besoin de manger. Cela s’appelle le vol par nécessité. Et puis, il existe une catégorie de voleurs qui reconnaît ne chaparder des articles que par plaisir. Ou plutôt pour l’adrénaline que cela produit.

L’histoire de cette femme qui fait plus de 2000 euros de course chez Lidl se passe à Valencienne. Mère de deux enfants âgés de 6 et 16 ans, cette dernière a en effet fait ses courses en plusieurs fois. Ca s’est passé très exactement entre le 18 et le 29 octobre 2017. Et ce sont nos confrères de La Voix du Nord qui ont sorti l’affaire. En tous cas, cette mère de famille a payé pas moins de 16 chèques ! Et Lidl les a tous acceptés.

Lidl: Mais cette femme avait des circonstances atténuantes

Oui mais voilà, quand Lidl a voulu les encaisser, la banque n’en a pas voulu ! La raison invoquée était claire : cette personne n’avait plus de compte en banque. Endettée jusqu’au cou, elle allait en même ouvrir un dossier de surendettement.

Forcément, Lidl a voulu porter plainte, jugeant avoir subi une arnaque. Le tribunal a donc jugé l’affaire. La mère de famille a vu sa condamnation aller à quatre mois de prison avec un sursis simple. Par ailleurs, la justice l’a obligée à rembourser ses achats chez Lidl.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Perpignan (@bonsplans.66)

Mais cette femme avait perdu l’un de ses enfants. Elle avait plongé dans une dépression. Difficile pour elle de rembourser ses dettes. D’autant plus qu’elle ne survivait que grâce à des aides sociales. Les arnaques réalisées avec des chèques existent encore beaucoup. C’est pour cela que de moins en moins de magasins acceptent ce moyen de paiement. Pourtant, ils en ont l’obligation sous certaines conditions.

 


Aubert Beaujolie

Bonjour à tous les lecteurs LDpeople, je me présente, Aubert, rédacteur sur ce site web. J'écris chaque jour pour vous les meilleurs articles possibles, en espérant que vous y trouviez votre bonheur.