Christophe Castaner – Déconfinement: Très mauvaise nouvelle pour les Français !

Christophe Castaner France Déconfinement : Très mauvaise nouvelle pour les Français !

  • Julie Bourdin
  • 3 mai 2020

Christophe Castaner: Le 11 mai marque, dans l’esprit des français, la fin du confinement. Mais cette date n’arrivera que si les mesures de confinement en place continuent d’être respectées. C’est pour cette raison que Christophe Castaner joue les oiseaux de mauvaises augures. Nous ne devons pas nous imaginer que la bataille contre le virus est gagnée. Bien au contraire, elle continuera sur le terrain de l’ennemi lorsque le confinement sera levé. Les vacances d’été ne seront alors pas du tout ce que nous avons pu connaître jusqu’à présent.

Christophe Castaner n’a pas de bonnes nouvelles pour les vacances d’été

Christophe Castaner, comme d’autres ministres du gouvernement, porte sur ces épaules les plans à déterminer pour maintenir le cap fixé par le Président de la République, Emmanuel Macron. La dernière allocution du Président de la République a fait son effet. Le 13 avril, Emmanuel Macron annonce la date du 11 mai comme celle d’un déconfinement progressif qui commencerait par les établissements scolaires. Depuis, nous avons tous cette date en tête comme un compte à rebours pour retrouver nos libertés.

Mais Christophe Castaner rappelle que cette date est avant tout un objectif. L’évolution constante de la situation sanitaire et le caractère inédit du virus, ne permet pas de se projeter dans le temps avec précision. De fait, l’état d’urgence sanitaire a été déclaré pour cela. Cet état d’urgence permet au gouvernement ne prendre des décisions rapides et de les appliquées tout aussi rapidement. Alors, pouvoir assurer que les délais seront respectés n’est pas une mince affaire. Tout comme le gouvernement et les scientifiques qui se penchent sur la question, nous devrons faire preuve d’adaptabilité pour tenir le coup.

Christophe Castaner nous invite à envisager le pire pour nous préparer à toute éventualité

Ainsi, plusieurs scénarios sont a envisager. Différentes hypothèses peuvent se révéler exactes à la suite de la fin du confinement. Tout d’abord, la date du 11 mai pourrait être repoussée. Elle a été fixée comme un cap pour permettre de mettre des limites dans le temps. Mais le choix de cette date reste arbitraire puisque les données nouvelles concernant la crise sanitaire sont quotidiennes.

Ensuite, le déconfinement ne sera pas sans mesures et gestes barrières. En effet, le déconfinement ne signifie pas un retour brutal et radical à la normal. Nous devrons certainement porter des masques et respecter les mesures d’hygiène et barrières qui limitent la propagation du virus dans la population. Et oui car le virus n’aura pas disparu.

De plus, il pourrait causer une nouvelle vague de contagion. Si tout le monde recommence à circuler, il ne sera pas freiner comme lors du confinement. Il faudra être attentif à l’afflux des patients dans les hôpitaux pour que ces derniers ne se retrouvent pas débordés. La région Grand Est garde les séquelles de cette période dramatique. Donc, si les hôpitaux sont à nouveaux menacer d’atteindre leurs points de ruptures, nous pourrions être contraints de recommencer à nous confiner. La vague de contagion peut alors revenir après la levée progressive du confinement.

Le respect du confinement est essentiel pour tenir le cap du 11 mai, selon Christophe Castaner

Christophe Castaner souligne toutes ces hypothèses pour rappeler que le 11 mai s’inscrit dans un plan d’action hypothétique. Ainsi, les vacances d’été que certains voyaient sauvées ne seront certainement pas celles qu’ils attendaient. Les frontières du pays risquent de rester fermées. Les voyages à l’étranger seront donc impossible pendant les vacances. Il n’est pas même certain que nous puissions nous déplacer en France véritablement. Tous les déplacements favorise la rapidité de propagation du virus sur le territoire. Christophe Castaner sait qu’il faudra mesurer les risques le moment venu et prendre les décisions qui s’imposent. Tout devra se faire pour garantir la sécurité de la population. Sinon le confinement n’aura été qu’une accalmie dans la tempête et nous la reprendrions encore plus forte.

La bataille contre le virus est loin d’être terminée. Et pour reprendre le vocabulaire martial du Président de la République lors de son premier discours du 16 mars, nous allons devoir nous battre sur le terrain de l’ennemi. Cet ennemi redoutable et invisible qu’est le virus.

Ne perdons rien de notre volonté pour tenir dans cette épreuve

Nous parlons beaucoup d’espoir, de solidarité, de courage et de résistance. Ce qui fait le lien entre toutes ces qualités qui nous sont essentielles pendant le confinement, c’est la volonté. Notre volonté doit être absolument inébranlable. Une volonté de protéger les autres en même temps que nous-même. Celle de faire en sorte que la France puisse sortir fière de ces actes pendant cette période si difficile. Notre volonté est celle qui va nous permettre de garder la tête haute en tout circonstance, même les plus rudes.

Christophe Castaner apporte certes de mauvaises nouvelles. Mais si nous n’aimons pas les entendre, nous nous étions bien doutés de tout cela. En toute logique, il était impensable que le 11 mai allait marquer la fin de la crise sanitaire. Cette date, qui plus est fictive, n’est qu’une des nombreuses étapes pour nous ramener à notre vie d’avant. Un tournant a été fait depuis l’arrivée de l’épidémie en France. La lutte contre le virus sera longue et le déconfinement progressif est un changement de tactique qui va servir d’expérience pour la suite. Cette décision n’est pas définitive et nous ne pouvons pas attendre de retrouver nos habitudes avant un long moment. Ainsi, les vacances d’été de cette année, seront certainement très différentes de toutes celles que nous avons pu connaître auparavant.

Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.