Annonces

Confinement et chloroquine : une lueur d’espoir dans la lutte contre le COVID-19 ?

Plus de 300 000 cas confirmés, plus de 13 000 décès, voilà le bilan mondial de la pandémie de coronavirus depuis son apparition officielle à la fin de l’année 2019 en Chine.

À ce jour, les systèmes du monde sont ébranlés, les pays tentant de lutter contre la maladie qui jusqu’à aujourd’hui n’a aucun traitement officiel.

Annonces

« Restez chez vous », le mot d’ordre contre le Covid-19

Les images qui circulent sur le Net ont un goût apocalyptique : des rues désertes, des magasins fermés, des aéroports à l’arrêt… de l’Amérique à l’Afrique en passant bien sûr par l’Europe, l’humanité se barricade. Le mot d’ordre : « Restez chez vous ». Les gouvernements y veillent, car ils redoutent le scénario en Italie, aujourd’hui pays le plus touché : plus de 5 000 décès en un mois, une contagion qui semble incontrôlable dans certaines régions et une saturation des structures de santé. Confinements, fermeture des frontières, arrêts de toute activité de production non essentiels, voilà les mesures adoptées aujourd’hui sur quasiment tout le vieux continent.

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique, Donald Trump valse avec le scepticisme face aux mesures de confinement général. Ainsi, aux États-Unis seuls 30 % de la population est confinée, notamment à New York à Los Angeles et à Chicago. Un peu plus au Sud, le Brésil reste le plus touché mais n’a cependant pas encore opté pour la quarantaine, là où ses voisins comme le Venezuela, l’Argentine, le Salvador et la Bolivie ont déjà pris la grande décision.

Annonces

Un autre continent qui voit inlassablement ses chiffres monter : l’Afrique. Partiellement épargnée au début de la pandémie, elle compte aujourd’hui plus de 1 000 cas et plus de 100 décès, le premier cas ayant paru en février en Égypte. Les 42 États touchés ont alors riposté : pour la plupart, ils ont adopté la mesure de confinement et de la fermeture des frontières, une riposte pourtant aujourd’hui jugée en retard. La situation inquiète particulièrement, beaucoup se demandent si l’Afrique est prête pour une explosion de la pandémie.

L’Asie, elle, craint une deuxième vague de contamination, notamment la Chine. Si cette dernière, point de départ de la pandémie, a réussi à vaincre le Covid-19 dans ses frontières, ce sont les cas importés qu’elle redoute désormais. Néanmoins, les pays du continent, qui compte 4, 463 milliards d’habitants, hésitent encore à adopter, quoique durement touchés, les mesures de confinement, notamment en Thaïlande, en Inde et en Iran.

L’image qui marquera le plus, sera la fermeture des lieux de pèlerinages, notamment à La Mecque et à Jérusalem. Pour les chefs religieux, le message sera donc « Priez chez vous ».

La Chloroquine, espoir du monde ?

Annonces

Il s’appelle Didier Raoult, il est infectiologue, et depuis peu, il fait circuler l’information selon laquelle l’usage de la Chloroquine a apporté des résultats exceptionnels contre le Covid-19. Il affirme que 6 jours après avoir traité ses malades avec un traitement à base de Chloroquine, seulement 25 % d’entre eux étaient encore porteurs du virus contre 90 % qui étaient donc toujours positifs. Si aussitôt, il a été démenti par ses confrères, les autorités sanitaires de plusieurs pays, dont la France et les États-Unis, ont décidé une expérimentation à grande échelle du traitement.

Les voyageurs connaissent cet antipaludéen, utilisé depuis plusieurs décennies, sous le nom de nivaquine. Mais alors, pourquoi tant d’hésitations autour de ce médicament ? Parce qu’il semble, tout comme pour la Plaquenil, qu’elle peut avoir des effets secondaires sérieux sur le malade, surtout en cas d’automédication.

Scientifiques du monde entier aujourd’hui travaillent d’arrache-pied pour trouver un traitement efficace. La Chine a même commencé un test sur une centaine de volontaires. En attendant des résultats efficaces, la planète semble profiter de ce temps de « pause ». En février, les images de la Nasa montraient une forte baisse de la concentration de dioxyde d’azote en Chine, dans le Nord de l’Italie mais aussi en Espagne.