Dove Attia : « Au départ, j’ai vécu une histoire d’amour avec la musique mais ce n’était pas réciproque »

  • Carole Roldane
  • 16, juin 2012 à 11h23

Interview.
Interviewé par nos confrères de Voici (en kiosque), le vraiment sympathique Dove Attia se livre. Extraits :

A la question : « Tu as attendu l’âge de 43 ans pour cartonner avec les Dix Commandements. Tu as rongé ton frein avant ? » :
Clairement. Dès mes 18 ans et mon premier groupe de rock, j’ai vécu une histoire d’amour avec la musique. Mais ce n’était pas réciproque. Je me suis tapé des bides, fait jeter des maisons de disques.”

Tu as fais Polytechnique !
‘Nobody’s perfect. La prépa m’a appris à bosser beaucoup, vite et longtemps. Pas un luxe dans mon métier.’

Son avis sur la production de comédies musicales :
En France, il n’y a pas la culture du musical de Broadway. Donc pour attirer du monde, il faut du spectacle monstre, des grandes salles. Et pour les remplir, pas le choix, on a besoin d’un thème ou d’un personnage présent dans l’inconscient collectif. Louis XIV, Mozart, la Révolution française“.

La question MRD :
Il est arrivé que des historiens t’envoient des lettres insultes ?
Un prof d’histoire nous a écrit, énervé. Il avait demandé à sa classe qui était le Roi-Soleil. Ils ont répondu : Emmanuel Moire ?! ” (l’interprète, NDLR).’

Avec le succès, est-il devenu riche ? Réponse :
On confond souvent producteur et financier. Je gagne bien ma vie mais je ne suis pas « riche ». Je n’ai pas oublié mes origines modestes, mes galères. J’ai même été expulsé de mon appart pour des impayés de loyer au début des années 90. J’ai dû retourner vivre chez mes parents à 35 ans !

Source : Magazine Voici.