Elections départementales : La droite grande gagnante, la gauche en déroute, le FN déçu

  • Carole Roldane
  • 30, mars 2015 à 9h04

Hier soir pour le second tour, c’est la droite (UMP et centristes de l’UDI associés) qui a surclassé ces élections départementales 2015 ; elle contrôle à ce jour deux départements sur trois suite à la déroute de la gauche , “déroute” que reconnais Manuel Valls : “Les scores très élevés, beaucoup trop élevés de l’extrême droite, restent plus que jamais un défi pour les républicains […] C’est la marque d’un bouleversement durable de notre paysage politique dont chacun devra tirer les leçons. Je reconnais une défaite “incontestable” de la gauche qui a été “trop dispersée”. Je reste inquiet face au score du Front National“.

Un FN qui malgré un score honorable, ne gagne aucun département ni même le Vaucluse qui aurait pu tomber dans son escarcelle, comme celui de l’Aisne.
Au final, la droite avec l’UMP-UDI-UC-MoDem est à la tête de 66 départements alors qu’à ce jour elle n’en détenait que 40.
Le département de l’Essonne, bastion de Manuel Valls passe à droite tout comme…la Corrèze, terre d’élection du président François Hollande.

Le PC perd l’Allier (03), mais conserve le Val-de-Marne. Alors qu’avant ces élections départementales la gauche dirigeait 61 départements, elle n’en garde que 34 soit près de 50% en moins.

De son côté, Nicolas Sarkozy s’est fendu d’une déclaration positive : “Jamais sous la Ve République, notre famille politique n’avait gagné autant de départements. C’est le mensonge et le déni, c’est l’impuissance qui ont été sanctionnés“…

Alors que François Hollande avait prévenu qui n’infléchirait pas sa ligne politique, quel que soit le résultat, comment va-t-il réagir face aux frondeurs qui souhaite un rassemblement fort.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon a twetté :
Je lance un appel. Ne nous résignons pas ! Ne laissez pas François Hollande et Manuel Valls réduire la gauche à néant. #departementales2015“.

 Jérôme Guedj (députés PS “frondeurs”), qui vient de perdre la présidence du conseil général de l’Essonne a lancé :
On ne peut pas continuer comme ça, on a tous les signaux, il nous le dit le peuple de gauche !”.

La presse (en général) n’est pas tendre envers le couple de l’exécutif François Hollande / Manuel Valls.
Le Figaro titre : “Droite : la reconquête !” ; L’Humanité exige “l’urgence d’un nouveau cap” pendant que Libération titre : ” Manuel Valls est “battu mais content“.
Les Echos se pose la question de savoir comment François Hollande va gérer l’après-défaite”, pendant que Le Parisien écrit en Une : ” La gifle“.
Dans Libération, Laurent Joffrin tente d’analyser :
L’implantation désormais locale du Front national tient à l’impopularité du gouvernement et à la désunion qui déchire la gauche“.

Et le quotidien L’Est Républicain de conclure : “En un demi-quinquennat, François Hollande a plus perdu de départements que François Mitterrand au terme de deux septennats !“.