Des embryons congelés poursuivent Sofia Vergara en justice

  • Carole Roldane
  • 9 décembre 2016

Oui oui, vous avez bien lu. L’actrice américano-colombienne et star de Modern Family, Sofia Vergara est au coeur d’une bataille judiciaire dont les principaux plaignants sont ses embryons congelés. Ceux ci datent de 2013, à l’époque où l’actrice sortait avec Nick Loeb et que le couple avait décidé de congeler des embryons pour éventuellement les féconder in-vitro un jour. Or les deux sont séparés depuis et bataillent à ce sujet.

Poursuivie en justice par ses embryons

Le rebondissement étonnant de cette affaire est dû à une législation très particulière de l’Etat de Louisiane. Dans cette région du sud des Etats-Unis, les embryons bénéficient d’une protection légal spécifique. Ils sont considérés comme des êtres humains et par conséquent jouissent des mêmes droits qu’un être humain venu au monde. Résultat, une association en lien avec son ancien compagnon s’est portée volontaire pour les représenter et faire valoir leur « droit à la vie ».

Les deux embryons figurent au centre de la procédure de dépôt de plainte, ils sont même désignés par des noms, à savoir « Isabella » et « Emma ». L’actrice la mieux payée de la télévision américaine se retrouve donc assignée en justice par ses propres embryons pour les avoir « abandonné et chroniquement négligé » en « refusant de consentir à leur développement ou leur soin ».

Son ex souhaite les mettre au monde

Il s’avère qu’étant donné sa séparation avec son ancien compagnon en 2014, l’actrice a choisi de ne jamais décongeler ces embryons. Mais ce n’est pas le cas de Nick Loeb qui se battait jusqu’à présent pour obtenir leur tutelle et les mener à terme. Les couple avait signé un contrat stipulant l’accord nécéssaire des deux pour les utiliser, mais l’homme d’affaire tentait de batailler en justice sur la base que l’accord ne précisait rien en cas de séparation.

Cette plainte fait suite à la décision la semaine dernière de Nick Loeb de suspendre ses propres poursuites à l’encontre de son ancienne fiancée après que le juge ait donné raison à celle-ci. Il aurait décidé de changer d’angle d’attaque.