Emmanuel Macron: Des surnoms surprenants et choquants en coulisse !

Emmanuel Macron: Des surnoms surprenants et choquants en coulisse !

  • Julie Bourdin
  • 13 juillet 2020

Emmanuel Macron est le plus jeune des Présidents de la République française de l’histoire. À 39 ans, il est également le plus jeune représentant du G20. Aujourd’hui, le chef de l’État français a 42 ans. Et malgré son expérience acquise, des surnoms lui collent à la peau dans les coulisses de l’exercice de ses fonctions. Vous allez voir que certains surnoms peuvent être très flatteurs mais que d’autres sont là pour lui rappeler qu’il est le plus jeune de tous. En effet, cela ne représente pas un avantage pour tout le monde. Certains de ses opposants ou détracteurs n’hésitent pas à jouer sur ce terrain pour souligner son manque d’expérience en politique.

Les débuts de la carrière d’Emmanuel Macron

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Si vous venez d’avoir votre Bac, ce message est pour vous !

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron) le

Emmanuel Macron débute sa carrière en tant qu’inspecteur des finances en 2004. En 2008, il devient banquier d’affaire pour Rothschild & Cie. Des métiers qui lui permettent de côtoyer les grands noms de l’économie mais aussi des hommes politiques d’influence. La politique aura toujours fait partie de la vie d’Emmanuel Macron. En effet, il fait ses études à l’ENA, la prestigieuse école nationale d’administration. Elle vise à démocratiser l’accès à la haute fonction publique. Mais avant de se présenter aux élections présidentielles, Emmanuel Macron apprend et écoute pour se préparer.

De 2006 à 2009, Emmanuel Macron est inscrit au Parti Socialiste. Il considère que leur perte de vitesse est causée par l’absence d’un discours ferme sur la sécurité nationale. Plus tard, il fera partie du groupe appelé Les Gracques et ils appelleront à une union entre Ségolène Royale et François Bayrou. Par la suite, il soutient François Hollande. Et lorsque ce dernier remporte les élections présidentielles, il se prépare à rentrer à l’Élysée. Le , après avoir réintégré la fonction publique, Emmanuel Macron devient secrétaire général adjoint de l’Élysée. Un poste sur lequel il est en duo avec Nicolas Revel, un homme politique a la fibre socialiste plus importante.

Des surnoms qui résument la personnalité du Président de la République

Emmanuel Macron va alors recevoir un surnom de la part de ses collègues de travail. Étant très jeune mais également très compétant dans les matières qui le concerne, il se voit surnommé “la petite Ferrari”. Un surnom qui va contrarier son collaborateur Nicolas Revel. Car il n’aura pas eu droit à un tel surnom. En coulisse, il est appelé “le premier ministre bis”. Et si il doit se comparer à Emmanuel Macron pour en trouver un en rapport aux voitures, il s’indigne de penser que certains pourraient l’appeler “la deux chevaux”. Nicolas Revel fait donc rapidement savoir que le surnom d’Emmanuel Macron ne lui plaît pas. Il ne souhaite pas que leur duo soit perçu comme si l’un des deux allait trainer la patte derrière l’autre, surtout si c’est lui qui reste en arrière.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

À Meseberg hier, j’ai retrouvé Angela Merkel pour avancer sur le plan de relance européen que nous portons ensemble. Ce plan va permettre de surmonter la crise économique et sociale que nous traversons. L’Europe en a besoin ! Notre objectif est simple : mobiliser au moins 500 milliards d’euros de subventions tournées vers les régions les plus touchées. Pour réussir, nous devons obtenir un accord à 27 lors du prochain Conseil européen mi-juillet. Nous allons poursuivre les négociations et tout faire pour convaincre nos partenaires. Pour réussir, nous devons faire en sorte que les plans de relance respectent les engagements climatiques, à commencer par la neutralité carbone 2050. Cela passe par une plus grande ambition : nous devons rehausser nos objectifs. Pour réussir, nous devons être capables de protéger et de renforcer nos entreprises stratégiques. La crise a révélé nos fragilités, parfois nos dépendances. Les lignes bougent. Nous sommes arrivés à un moment de vérité pour l’Europe. Nous pouvons faire de ce moment un succès. On continue !

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron) le

Le 26 août 2014, Emmanuel Macron devient ministre. Il est le remplaçant d’Arnaud Montebourg au poste de ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Depuis Valéry Giscard d’Estaing, Emmanuel Macron est le plus jeune ministre a se voir nommé. Et c’est alors un autre surnom qui vient se greffer à Emmanuel Macron, celui d'”anti-Montebourg”.

Certains surnoms ne passent pas et d’autres lui font honneur

Emmanuel Macron ne s’est pas vraiment exprimé sur les surnoms qui lui sont donné. Pourtant, il faut tout de même savoir qu’un surnom lui déplaît en 2019. Emmanuel Macron est déjà Président de la République et il a un argument avec le haut commissaire des retraites, Jean-Paul Delevoye. Ce dernier va l’appeler “le jouvenceau” et se servira de ce surnom pour décrédibiliser le chef de l’État. Un jouvenceau est une personne très jeune. Pour une femme, l’équivalent est une jouvencelle. Et l’un comme l’autre, ils dénotent du caractère puérile et immature de la personne désignée. Sans pour autant être une attaque féroce, cela indique que la jeunesse n’est pas vraiment capable de sagesse. Et Emmanuel Macron refuse de laisser Jean-Paul Delevoye l’associer à cette définition. Au contraire, il souhaite représenter un pouvoir exécutif fort comme la France n’en avait pas connu depuis longtemps.

Ce sont les médias qui remarquent cette attitude en décryptant les symboles qu’il met en place pour son investiture de Président de la République. Il va faire son discours devant la pyramide du Louvres. Ou encore, il remontera les Champs Elysées dans un véhicule militaire. Pour le chercheur Alexandre Eyries, Emmanuel Macron “affiche un retour aux sources de la Ve avec un pouvoir exécutif absolu”. Tant est si bien que les médias vont le surnommer Jupiter. Jupiter, dans la mythologie romaine est l’équivalent de Zeus dans la mythologie grecque.

C’est-à-dire qu’il est le dieu des dieux. De plus, une expression bien connu sert à qualifier les personnes qui ne manque pas de confiance en eux, on dit alors qu’ils sont sortis de la cuisse de Jupiter. Mais cette fois, Emmanuel Macron ne prendra pas le temps de revenir sur ce surnom de la même façon que sur celui de jouvenceau.

Un autre surnom qu’il sera susceptible d’apprécier est celui qu’il reçoit en Côte d’Ivoire, toujours en 2019. Il est appelé dans la presse locale et par la population, N’djekouale et cela signifie “le faiseur de paix”. Quel chef d’État pourrait refuser un tel surnom ? Emmanuel Macron ne reviendra pas non plus donc sur celui-ci.

Les mots sont des armes et agissent sur les états d’esprit de ceux qui les reçoivent

Enfin, si cette histoire de surnom avait fâché quelqu’un, était bien Nicolas Revel à l’époque. Mais entre Emmanuel Macron et lui, il faut croire qu’il n’y a pas de rancune. En effet, Nicolas Revel est nommé Directeur de cabinet du Premier ministre depuis le 3 juillet 2020. Le remaniement ministériel a permis à Emmanuel Macron de nomme Jean Castex au poste qu’occupait Edouard Philippe. Et c’est donc Nicolas Rivel qui revient à l’Élysée par la même occasion. Emmanuel Macron a encore deux années à occuper le poste de Président de la République. Ensuite, il pourrait se représenter en 2022 si il le désire. En attendant, il est certain que les surnoms vont continuer de fuser en coulisse, pour lui comme pour ses collègues de la vie politique.

Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.