France 2 : Marc Lavoine dans la série “Ne m’abandonne pas” (Interview)

  • Carole Roldane
  • 13, janvier 2016 à 9h17

Mercredi 3 février sur France 2 dès 20h55, vous pourrez suivre la série réalisé par Xavier Durringer* “Ne m’abandonne pas” avec Marc Lavoine.

Avec au casting Lina Elbari (Chama), Samia Sassi (Inès), Marc Lavoine (Adrien), *Sami Bouajila (Sami), Tassadit Mandi (Fatima), Sofia Lesafre (Yasmina).

L’histoire de “Ne m’abandonne pas” avec LDpeople.com
Chama vient de se marier sur Internet avec Louis, récemment converti à l’islam radical. Quand ses parents découvrent son projet de partir en Syrie pour le rejoindre, leur monde s’écroule. Ils vont tout tenter pour l’en empêcher…

Réalisé par Xavier Durringer et sélectionné au FIPA, Ne m’abandonne pas, raconte le combat d’une mère pour empêcher sa fille, fraîchement endoctrinée par la propagande djihadiste, de rejoindre la Syrie. Le film est servi par un casting de choix : on retrouve notamment Samia Sassi et Lina Elarabi dans un duo mère-fille époustouflant et Marc Lavoine et Sami Bouajila en pères désarmés face à un enfant devenu étranger. Entretien avec les coscénaristes Françoise Charpiat et Aude Marcle.

Interview des coscénaristes Aude Marcle et Françoise Charpiat :
Comment est née l’idée d’écrire une fiction sur l’endoctrinement religieux, plus précisément sur ces jeunes Français qui se convertissent à l’islam et décident de partir faire le djihad en Syrie ?
Aude Marcle : En janvier 2014, Françoise Charpiat et moi avons entendu parler de cette jeune fille, à Avignon, qui, à 15 ans seulement, était partie faire le djihad en Syrie, et ce, totalement à l’insu de sa famille et de ses proches. Le djihad, ce n’était pas une chose dont nous étions coutumières. Ce qui nous a frappées, voire même tristement fascinées, c’est comment une fille, une sœur, une amie puisse devenir, très rapidement, une étrangère sous nos yeux, sans que personne ne s’en rende compte.

La réalité a vite rattrapé la fiction…
Françoise Charpiat : Le synopsis était clair dès le départ. L’idée était de partir de ce fait divers sur une famille qui avait vu sa fille quitter la France pour la Syrie. L’écriture était déjà bien avancée quand les attentats de Charlie Hebdo se sont produits. On a dû reprendre nos esprits et le texte aussi. On ne savait plus très bien comment prendre le sujet…
Françoise Charpiat : La réalité dépasse la fiction et de loin. Ces événements nous ont effarées, comme tout le monde. Ils ont confirmé que nous touchions du doigt un phénomène. On les a intégrés dans l’écriture pour rester crédibles dans le discours des personnages.

La relation mère-fille est au cœur du film. Pourquoi avoir choisi cet angle ?
F. C. : À la lecture de l’article consacré à la famille dans le journal La Provence, Aude Marcle et moi nous sommes tout de suite mises dans la peau de la mère. En ce qui me concerne, ma première réaction aurait été d’emmener ma fille, de l’isoler. C’était assez épidermique. Par ailleurs, nos lectures et les témoignages de sociologues, psychologues, experts – tels que le juge Trévidic – valident cette réaction. Il faut tenter de ne pas perdre le lien. Pour garder sa fille auprès d’elle, Inès (la mère, interprétée par Samia Sassi, NDLR), en arrive à des moyens extrêmes : elle l’endort, la kidnappe, l’isole dans une maison de campagne… Malgré tout, c’est un amour infini, avec un côté sauvage, presque animal. D’abord, elle lui sauve la vie et après, elle verra. Le principal est que sa fille ne parte pas, qu’elle ne meure pas.
A. M. : C’était intéressant de creuser ce lien qui était plus fort que tout, ce lien d’amour entre les deux femmes. Celui de la mère est intact. Et elle s’y accroche pour essayer de récupérer sa fille, lui éviter l’abyme dans lequel elle est en train de sombrer. Ce doit être effroyable de voir la chair de sa chair, en qui on a toute confiance, dont on est fière, pour qui on voit un avenir joyeux, radieux, se transformer en une étrangère totale et hostile.

LDpeople.com…REGARDEZ la vidéo ci-dessous : Marc Lavoine, sur les planches pour la première fois.