France: Plages, bars, vacances, ce qu'il faut savoir sur les dangers de l'été !

France reconfinement? Plages, bars, vacances, ce qu’il faut savoir sur les dangers de l’été !

  • Valerie Hommez
  • 6, juillet 2020 à 13h39

Coronavirus, un été sous haute tension et des chiffres surveillés, de jour en jour, et d’heure en heure, en France comme dans tous les pays européens. Alors que le confinement est levé maintenant depuis quelques semaines, nous pouvons observer un peu partout en France que les gestes barrières sont de moins en moins employés et que les précautions sanitaires pourtant toujours de mise, ont tendance à disparaître peu à peu. Alors, que la France a été un pays très touché par la pandémie de covid-19, les bonnes habitudes prises dès le début de la crise semblent doucement se perdre.

Coronavirus

Coronavirus: Oubli des distances de sécurité, non port du masque, accolades, il aura été peut-être un peu vite oublié ce que la France vient de vivre ces derniers mois. Certains spécialistes se montrent donc inquiets à l’approche des vacances qui ont débuté ces derniers jours, et qui risquent d’engendrer des comportements qui pourraient faire partir à la hausse les statistiques de contamination. Car il faut être bien conscient, que si l’épidémie semble avoir connu un recul important, le virus est toujours présent en France, comme dans bon nombre d’autres pays en Europe et dans le monde. Avec l’insouciance, des vacances d’été, les plus pessimistes des professionnels de santé pensent que les vacanciers pourraient faire preuve de négligence, et oublier de continuer de se protéger. Avec les plages qui s’annoncent bondées, les ouvertures des attractions touristiques, le monde qui s’agglutine dans les bars et dans les restaurants, le virus pourrait retrouver un terrain favorable pour se développer à nouveau, et faire repartir en flèche les cas positifs de covid-19 en France. Un scénario que les autorités veulent écarter à tout prix.

Coronavirus: Alors que depuis ce dimanche 05 juillet, certaines régions d’Europe en Catalogne, en Italie et au Portugal, ont reconfiné plusieurs centaines de milliers de personnes, suite à des chiffres qui repartaient à la hausse, la France veut absolument éviter à tout prix de devoir prendre les mêmes mesures. Il faut bien être conscient que le virus continue à circuler même s’il semble être affaibli pour l’instant, mais il est toujours infectieux et les risques sont loin d’être nul. Le ministère de la Santé publique en France note une diminution du respect des règles sanitaires depuis le début du déconfinement et, selon une dernière étude, seuls 55 % des personnes interrogées ont déclaré respecter les conseils en vigueur.

Bien qu’il ne s’agisse plus d’obligations légales, mais de vives recommandations, il semblerait bien que la nuance soit énorme puisque sans l’imposition stricte d’un règlement, beaucoup ne se sentent plus obligés de prendre les précautions les plus élémentaires. Alors que dans d’autres pays, on peut voir encore beaucoup de gens porter le masque, éviter tout contact physique et respecter une distance par prudence, en France cela semble bien plus compliqué. On se rappelle d’ailleurs les images qui avaient choqué, lors des festivités organisées dans le cadre des fêtes de la musique le 21 juin et, qui avait surpris les spécialistes des épidémies qui considéraient que ces comportements se révélaient extrêmement dangereux.

Bien qu’il faille nuancer ses propos et ne pas faire preuve de catastrophisme, il faut bien avouer qu’en France, il semblerait que le souvenir du confinement et des chiffres de contamination quotidien qui paraissaient dans les journaux et sur les réseaux sociaux, ont vite été oublié, pour que la plupart des gens reprennent une vie normale et effacent de leur mémoire probablement un peu rapidement, les jours sombres qui se sont déroulés ces derniers mois. L’inquiétude face à l’été qui s’annonce et aux libertés que prendront certains, peuvent effectivement soulever beaucoup d’interrogations. À l’échelle mondiale, les chiffres continuent de s’affoler dans certaines régions du globe, comme notamment en Amérique du Sud et aux États-Unis, preuve que la maladie n’est pas derrière nous.

Coronavirus: Si l’été et les vacances annuelles riment souvent avec insouciance et liberté, cette année devrait néanmoins être considérée comme tout à fait exceptionnelle. Des mesures de précaution devraient peut-être donc être continuées à être imposées, comme le préconisent les spécialistes. En plus de ce risque, il faut bien noter qu’avec la réouverture des aéroports et les échanges internationaux qui vont se multiplier de semaine en semaine, pour permettre aux citoyens de différents pays de voyager afin de profiter de leurs vacances, il est facile de comprendre que les risques de contagion seront démultipliés.

Selon une dernière étude de l’OMS (Organisme Mondial de la Santé), les périodes de vacances scolaires et plus précisément encore, les mois de juillet et août sont la période la plus propice en France pour les accidents en tout genre. Que ce soit des accidents de la route, des brûlures dues à des barbecues, des noyades ou encore des chutes à vélo, la saison estivale est le moment de l’année qui génère le plus de visites dans les urgences des hôpitaux. Les professionnels du secteur n’osent donc pas imaginer si s’ajoutait, à ses statistiques inquiétantes, une recrudescence des cas de contagion du covid-19 en France, au risque de créer un nouvel engorgement des services de santé.

Déjà, le lundi 11 mai, le Haut Conseil de la santé publique se montrait alarmiste sur la situation et déclarait qu’il était peu probable que le Covid-19 disparaisse cet été en France. La Haute Autorité en matière de santé, ne semblait toutefois pas croire à une deuxième vague estivale, à condition que les mesures de distanciation physique et de restriction des déplacements soient maintenues et respectées. La peur du HCSP vient également d’un risque que se croisent les victimes de la canicule en France, qui sont déjà les personnes les plus vulnérables comme les personnes âgées, ajoutées à une recrudescence des cas de covid-19. Un cocktail explosif qui risquerait une fois de plus d’encombrer les services d’urgences des hôpitaux en France.

Coronavirus: Le Conseil réitère donc ces préconisations en cas de canicule, mais les adapte à la question du covid-19, notamment en prônant une vérification des climatisations, en étant très attentif à l’hygiène des douches publiques et des fontaines, et en maintenant sa recommandation du port du masque et de l’utilisation systématique du gel hydroalcoolique. Bien qu’on imagine que de telles mesures seront difficiles à mettre en place, et l’inconfort qu’elles représentent pour des vacanciers qui préféreraient oublier cette maladie et profiter de la liberté retrouvée, plusieurs spécialistes continuent d’appeler à la prudence. Sans tomber dans un excès d’alarmisme ou d’hygiénisme outrancier, on peut logiquement imaginer que le virus est toujours présent, et que les vacances seront une période à surveiller, donc dans le doute, il sera toujours préférable de se protéger sur les lieux de vacances en France ou à l’étranger.