Hélène Darroze (Top Chef) : Ses propos et critiques qui exaspèrent plus que jamais les internautes

Mercredi 17 février, Hélène Darroze a usé et abusé des références féminines. Les internautes ont trouvé que les hommes étaient quelque peu délaissés. En effet, eux aussi peuvent dresser des assiettes “délicates” !

Hélène Darroze (Top Chef) : Ses propos et critiques qui exaspèrent plus que jamais les internautes
© M6

Hélène Darroze: Mercredi 17 février, la chaîne M6 proposait un nouvel épisode de la nouvelle saison de Top Chef. Lors du premier prime, les candidats Yohei Hosaka et Adrien Zedda ont dû quitter l’émission. Puis ce fut au tour de Jarvis Scott de déclarer forfait. D’après les jurés, ce dernier n’a pas pu s’aligner sur Matthias Marc et Mohamed Cheikh.

« Beaucoup de féminité, beaucoup d’élégance. Tu t’en sais capable »

Pour ce second épisode, les candidats restants sont soumis à rude épreuve.Il s’agit d’une part d’un cœur coulant signé Michel et Sébastien Bras. D’autre part, d’un plat emblématique de Kei Kobayashi, le premier chef japonais à obtenir trois étoiles en France. Son mentor, Gilles Goujon s’est rendu spécialement sur le plateau de l’émission.

Pour cette épreuve particulière, Sarah Mainguy menait la brigade rouge d’Hélène Darroze. Cette jeune femme de 26 ans propose une cuisine « bistro ». La recette n’a pas séduit Hélène Darroze. La meilleure amie de Laeticia Hallyday n’a alors pas pu s’empêcher de faire un drôle de commentaire. « Beaucoup de féminité, beaucoup d’élégance. Tu t’en sais capable », a-t-elle en effet lâché à cette dernière. Les internautes n’en ont pas cru leurs oreilles !

« La féminité dans le dressage… Arrête Darroze.”

Les Twittos se sont aussitôt saisi de leur ordinateurs pour faire connaître leurs opinions. « Je la hais sérieux d’année en année elle s’empire », « Y’a pas plus sexiste qu’Hélène Darroze. Elle parle constamment de ‘féminité’, ‘touche féminine’, comme si les hommes ne pouvaient être que de gros bourrins. Elle n’est juste que lorsque le choix se fait en aveugle », « Je n’en PEUX PLUS d’entendre Darroze parler de féminité et de délicatesse juste parce qu’elle coach une femme », « La féminité dans le dressage… Arrête Darroze. Imaginez qu’on parle de masculinité… », « Elle me saoule la chef Darroze avec ses « assiettes féminines » je trouve ça ultra sexiste ça sous-entend que les garçons peuvent pas être beau / que faire de belles assiettes c’est réservé qu’aux femmes », pouvait-on ainsi lire parmi les nombreux commentaires sur Twitter.

Hélène Darroze a évolué dans un milieu d’hommes. Mais pour elle, cela n’a jamais été une difficulté. “Ça je ne m’a jamais posé problème. Je pense que comme ça ne me posait pas problème, ça ne posait pas problème aux autres. Mon conseil à toujours été de dire aux jeunes femmes qui voulaient se lancer est de rester soit même, de rester femme et de vivre ça le plus naturellement possible.”, avait-elle ainsi expliqué à nos confrères de OhMyMag.

“C’est certainement inscrit dans mon ADN.”

Il faut dire que dans sa famille, on est chef depuis quatre générations ! “Depuis toute petite, je cuisine, depuis toute petite j’aime donner du bonheur à travers la cuisine. C’est une histoire de famille certes, mais au-delà de ça, c’est certainement inscrit dans mon ADN.”, avait-elle en effet poursuivi.

“Ça veut dire souvent deux nounous.”

Mais quand il a fallu fonder une famille, la juré de Top Chef a dû s’organiser. “J’ai été maman à 40 ans, il a fallu que j’attende déjà d’avoir une équipe autour de moi sur laquelle je pouvais compter, à qui je pouvais déléguer, qui avait appris assez de moi pour pouvoir prendre ma place de temps en temps, il a fallut que j’attende aussi un certain niveau de revenus parce qu’avoir des enfants pour une femme cheffe ça veut dire souvent deux nounous.”, avait-elle ainsi confié à OhMyMag. Hélène Darroze avait d’ailleurs participé à un reportage pour montrer à quel point il était difficile de concilier sa vie de maman et de chef :

Alors Hélène Darroze fait-elle une cuisine “féminine” pour autant ? Interviewée par le prestigieux Références Hôteliers-Restaurateurs, elle caractérise ainsi sa propre cuisine : “Tout d’abord, je suis très rigoureuse dans le choix des produits que je propose à mes clients… Et comme Il n’y a pas de bonne cuisine sans bons produits. Je suis très sélective avec mes fournisseurs avec lesquels j’entretiens des relations grandement fusionnelles. C’est ma ligne de conduite dans le métier. »

« Je crée une cuisine d’auteur, celle que je ressens. »

Et de poursuivre : « Et côté cuisine, c’est mon cœur et mes émotions… qui dictent mes choix culinaires, je reste très instinctive… dans mes créations. Même si, Je suis un héritage… étant la 4ème génération d’une famille d’hôteliers-restaurateurs dans le Sud-ouest et que de mes parents, j’ai hérité d’un terroir et de ses traditions régionales, dans mon restaurant parisien. Je crée une cuisine d’auteur, celle que je ressens …Et je me donne toujours à fond en cuisine…”

Ça ne l’empêche pas de reconnaître que les femmes ne sont pas toujours bien acceptées en cuisine. Même si les femmes ne sont pas encore nombreuses en cuisine, cela me gêne un peu quand on dit que ce métier est un métier de machos. Je n’ai jamais souffert de problèmes relationnels avec les hommes dans mon parcours professionnel. Dans mes effectifs en cuisine, 8 jeunes femmes font partie de l’équipe sur un total de 22 personnes, dont 4 qui sont affectées en pâtisserie. Elles sont très intégrées au groupe et tout se passe fort bien.”

 


Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour LDPeople, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.