« … Il y avait du sang partout… » l’animateur Guillaume Durand a failli y passer !

Guillaume Durand, 69 ans, a survécu à une rude bataille. Sa mâchoire a été remplacée par un morceau de péroné lors d’une opération qui a duré 10 heures.

Guillaume Durand
Source : Closer

Si les médecins ont cru qu’il voulait se suicider, le journaliste a tôt fait de leur mettre les points sur les i. La maladie, le deuil, les traitements, les séances de chimiothérapie n’ont en aucun cas eu raison de lui.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Parisien (@leparisien)

D’un simple mal de dents à un cancer de la mâchoire

Le journaliste explique que tout a commencé au printemps par un simple « mal de dents ». De mauvais diagnostics en passant par des hémorragies inexpliquées, c’est une biopsie pratiquée en profondeur qui met à jour l’énorme vérité : on lui annonce qu’il a une tumeur cancéreuse. Les médecins lui proposent alors une opération chirurgicale intense, d’une durée de dix heures en lui expliquant qu’ils vont devoir remplacer sa mâchoire par un bout de son péroné, l’os de la jambe.

« Ce n’est pas tout à fait naturel de manger avec un bout de sa jambe, mais le médecin qui a expliqué l’opération m’a insufflé l’idée que je pourrais m’en sortir ».

Une période très rude

Aujourd’hui de retour après une longue absence, le journaliste Guillaume Durand a décidé de raconter son calvaire quant au combat qu’il menait depuis des mois contre un terrible cancer. « Si mon opération avait été déprogrammée, je ne serais plus là aujourd’hui. J’ai été bien morphine », se souvient-il. Le journaliste décrit son quotidien en tant que malade ayant subi une opération aussi importante et compliquée. « J’ai beaucoup pensé à la mort. Il y a eu des nuits noires. Sans oublier les effets de la chimiothérapie et de la radiothérapie : Ça déclenche une avalanche de fatigue phénoménale ».

Entre les médicaments, les traitements lourds, les effets secondaires, « Je n’arrivais même plus à lire. Ça, plus un incident personnel de famille… Certains se sont dit que je ne m’en sortirais pas moralement. Une fois, je me suis levé instinctivement en pleine nuit sans me rendre compte que j’avais débranché les perfusions. Ça a bipé, j’avais du sang partout. Les infirmières, qui ont été aussi remarquables que ma femme, ont cru que je voulais me suicide ». En plus de la perte des cheveux ou de sa voix changée, il annonce : « Mes mains tremblaient au point de ne pas réussir à viser ma bouche quand je mangeais ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Laurent Bazin (@laurentbazin)

De retour aujourd’hui avec une bien meilleure mine

Aujourd’hui, Guillaume Durand est en rémission. Dans un poste récent, il a déclaré « Je retrouve Radio Classique à la rentrée. La matinale reste aux jeunes. Merci la science/médecine. Premiers joggings après un sacré cancer opéré pendant 10 heures le 25 juin. Puis chimio et radio suivie d’un bon Covid. Prendre la peur par la main et vivre… »

Il va beaucoup mieux et se réjouit à l’idée de retrouver les ondes de Radio Classique d’ici la fin du mois de janvier avec une nouvelle émission après près de huit mois d’absence. « Je vais bien, assure-t-il auprès du journal Le Parisien. Surtout depuis le 21 décembre. Ce jour-là, après un ultime scanner, le patron de la médecine nucléaire a crié dans le couloir, Y’a plus rien, j’avais envie de l’embrasser ».


Carole Roldane

Ma passion depuis toujours : l'écriture ! Ce métier s'est donc manifesté comme une évidence. Depuis mon plus jeune âge j'adore enquêter, trouver des informations que d'autres n'ont pas, et la lecture tient également une place importante dans mon coeur.