Brigitte bardot

“Je n’étais pas une poupée gonflable” Brigitte Bardot dévoile tout sur ses conquêtes, ça vaut le détour!

  • Marie P.
  • 21, novembre 2020 à 8h17

Avec son jolis minois et sa taille de guêpe, la jolie blonde en a fait tourner des têtes ! Brigitte Bardot laissait très peu d’hommes indifférents.

Elle s’est confiée sur ses conquêtes à nos confrères de Paris Match. Tout au long de sa carrière au cinéma, Brigitte Bardot incarnait la femme parfaite, plantureuse et sexy.

Les hommes étaient littéralement sous le charme de celle qu’on surnommait B.B.

Les films dans lesquels elle tournait connaissaient un fort succès et ses relations amoureuses surmédiatisées. Elle faisait la Une des magazines à l’international.

Le film Et Dieu… créa la femme réalisé par Roger Vadim en 1955 est un long métrage inspiré par BRIGITTE Bardot , qui partage sa vie depuis maintenant 7 ans.  C’est grâce à ce film que la belle blonde est devenue célèbre.

Ses conquêtes sont nombreuses : Jean-Louis Trintignant, Gilbert Bécaud, Sacha Distel, Jacques Charrier, Sami Frey…on ne compte plus les hommes qui ont partagé sa vie, même un court instant …

Brigitte Bardot : “C’est moi qui choisissais”

 “J’étais jolie, j’avais des aventures, je plaisais aux hommes”, a-t-elle confié dans les colonnes de Paris Match. Mais son tempérament bien trempé était déjà présent à l’époque, elle choisissait les hommes et non l’inverse !  “Je n’étais pas une poupée gonflable, c’est moi qui choisissais”, a-t-elle expliqué.

À l’époque elle revendiquait déjà une certaine liberté mais à l’époque les femmes n’avaient pas les mêmes droits. Elle a contribué à faire avancer les mentalités mais l’héroïne de Et Dieu créa la femme n’est pas pour autant une fervente défenseuse du féminisme :

“J’ai connu une époque où le sort des femmes était beaucoup moins rigolo. Au point que j’ai un peu l’impression qu’aujourd’hui, on se plaint de tout et de rien. Trouver qu’une femme est belle va devenir un crime. si ça continue. Moi, j’ai aimé être regardée, et quand on me mettait la main aux fesses, ce qui arrivait rarement, je trouvais ça plutôt amusant”, a-t-elle conclu Brigitte Bardot .

À l’instar de Maiwenn, qui a récemment tenu des propos similaires. Il y a peu, elle confiait à Paris Match haut et fort…. « C’est fou ce qu’elles peuvent dire comme conneries ces derniers temps ! Ce sont des femmes qui n’aiment pas les hommes, c’est clair, et qui sont à l’origine de dommages collatéraux très graves. Moi, je suis pour dire aux hommes à quel point on les aime. Il faut arrêter de dire que ce sont tous des pervers ! »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Maïwenn – (@maiwennofficial)

Dans un grand portrait que lui consacre Paris Match pour son nouveau film ADN sur ses racines algériennes, Maïwenn fustige les positions des nouvelles féministes.

« Je reconnais que les femmes abusées par des hommes sont souvent des femmes fragiles, poursuit-elle. Je comprends très bien que ça soit condamnable. Maintenant, moi, si j’accepte de me rendre dans la chambre d’un homme à 1 heure du matin, je me doute bien que ce n’est pas pour parler d’un rôle… » a-t-elle poursuivi, des propos qui ne passent pas pour tout le monde, post #metoo …