« Je suis d’une génération qu’on regrette… », les confidences de Michel Sardou à l’occasion de son 75ème anniversaire !

Le mercredi 26 janvier dernier, Michel Sardou a fêté son 75e anniversaire de naissance.

Source : Gala

Malgré son âge, il semble que le chanteur n’ait pas l’intention de garder sa langue dans sa poche. Dans une interview accordée à RTL, où il a pu s’entretenir avec quelques auditeurs, le chanteur retraité a dénoncé l’époque dans laquelle nous vivons, affirmant qu’il « ne peut plus rien faire ».

Toujours égal à lui-même

Pendant sa carrière musicale très mouvementée, Michel Sardou a chanté « La France », « Les Ricains », « Le curé », « Je suis pour », « Le temps des colonies » ou « J’accuse ». Il est beaucoup plus connu pour ses nombreux tubes intemporels, mais il est aussi cité pour sa désinvolture et ses prises de position toujours arguées.

Il ne cherche pas à être poli comme le démontrent certains de ses propos et son aversion pour le politiquement correct est facile à identifier. Il n’a pas peur d’utiliser ses propres mots, quitte à s’attirer les foudres de certains observateurs qui l’accusent d’être dans une sorte de position limite.

Aujourd’hui encore, c’est un artiste qui n’a pas peur d’exprimer ses pensées. Le mercredi 26 janvier, jour de son 75e anniversaire, après avoir été absent de la scène durant quatre ans, il s’est entretenu par téléphone avec Pascal Praud et les auditeurs de la radio RTL. Ces derniers ont voulu lui souhaiter un « bon anniversaire » en personne.

« Ça me touche beaucoup, beaucoup. La fidélité du public, c’est ça la réussite pour moi. Ce n’est pas tellement le bling-bling ou l’argent. C’est l’affection, rentrer dans la vie des gens. Vous faites partie de leurs vies ».

Michel Sardou contre les nouvelles technologies

Actuellement même s’il n’interprète plus ses tubes « La maladie d’amour » ou « Les lacs du Connemara » dans les plus grandes salles de France, Michel Sardou ne s’est pas complètement retiré des projecteurs. Il a récemment joué le rôle principal dans la pièce de Sacha Guitry « N’écoutez pas Mesdames ! ».

Sa tradition musicale est également présente dans la comédie musicale « Je vais t’aimer » de Franck Montel, qui tourne actuellement partout en France. Cependant, Michel Sardou avoue qu’il n’aime plus vraiment être le centre de l’attention. « À une époque, on serrait des mains, on signait des autographes. On faisait des choses normales comme tous les comédiens ou chanteurs. Mais maintenant, ce sont les téléphones. Il y a 2 000 selfies à faire quand on sort d’un spectacle et je hais les selfies », dit-il en riant, n’appréciant pas réellement cette nouvelle technologie.

Michel Sardou est avant tout un nostalgique d’un certain passé où il y avait plus de liberté. L’icône de la chanson française estime que la société de 2022 est limitée par trop de restrictions qui empêchent ses citoyens de rêver.

« Je suis d’une génération qu’on regrette. C’étaient de beaux souvenirs. Avant, quand on passait dans des villes pour des concerts, c’était la fête. Les gens étaient beaucoup plus détendus et beaucoup plus heureux. Je hais notre époque », a-t-il répété après s’être exprimé sur RTL.
« Je la hais. C’est de la merde cette époque, il faut être honnête. On ne peut plus conduire vite, on ne peut plus boire, on ne peut plus fumer, on ne peut plus… Vous voyez ce que je veux dire, on ne peut plus rien. Avec l’époque que nous vivons, qui est formidable, on ne sait pas où on va, on ne sait pas si les théâtres vont refermer, s’ils ne sont pas en faillite, il y a des tas de problèmes ».


Carole Roldane

Ma passion depuis toujours : l'écriture ! Ce métier s'est donc manifesté comme une évidence. Depuis mon plus jeune âge j'adore enquêter, trouver des informations que d'autres n'ont pas, et la lecture tient également une place importante dans mon coeur.