Jeremstar aurait pu présenter le Mad Mag mais il a refusé

  • Carole Roldane
  • 11, octobre 2016 à 14h00

Après un petit tour de passe-passe pour changer de présentateur du Mad Mag, NRJ12 qui cherche à recycler ses animateurs et ses idées aurait pensé à refaire un duo comme à l’époque d’Ayem Nour et Matthieu Delormeau pour booster ses audiences. Et les producteurs auraient pensé à Jeremstar pour animer l’émission aux cotés de la jeune maman qui a fait son retour hier, mais en solo.

Plusieurs offres refusées

En effet s’il était attendu sur le plateau, le fauteur de troubles du petit écran à décidé de ne pas faire suite à l’offre de NRJ12 et il s’explique sur sa Conciergerie. Il aurait d’abord été abordé pour participer à l’émission via des magnétos et à des pastilles humoristiques, ou encore à des micros-trottoirs mais aurait décliné.

Face à ce refus NRJ12 aurait revu son offre pour lui proposer le poste de co-présentateur de l’émission, mais aux cotés d’Emilie Picch qui pour rappel avait vivement critiqué son livre Télé­réa­lité : Le manuel pour percer dans cette même émission. Il déclare : “Je me suis dit qu’ils devaient vraiment être en période de dèche (…) ! Je leur ai alors fait comprendre qu’être assis à côté d’une bonne femme qui lors des précédentes émissions avait jeté mon livre aux chiottes ne m’enchantait pas tellement”.

Pas de temps pour un salaire insuffisant selon Jeremstar

Suite à quoi la proposition d’animer avec Ayem a fait surface. S’il confie être en bon termes avec elle et avoir “un instant hésité” il a surtout refusé pour des raisons d’intégrité : “Pensez-vous que j’aie réel­le­ment envie d’ani­mer une émis­sion dont je me moque à longueur d’an­née ? Me voyez-vous renon­cer à tout prin­cipe et me poin­ter la bouche en cœur dans leurs studios comme si de rien n’était ?”.

Et si cela ne suffisait pas à le décider il annonce aussi que face au temps que lui prennent ses activités actuelles : “Le salaire qu’ils m’auraient proposé aurait fait faire faillite à ma société, qui compte aujourd’hui de nombreux salariés. Non, clairement, je ne pouvais pas donner pour trois pièces lancées à la va-vite autant de mon temps, de mon énergie, de mon contenu, de mon réseau, bref, de ma vie…”.