Journée sans voiture à Paris : les Parisiens sont restés chez eux !

  • Pierre Lefort
  • 29, septembre 2020 à 12h47

Le temps pluvieux na pas motivé les Parisiens à se balader dans les rues de Paris durant la 6e édition de la Journée sans voiture. Ainsi, dimanche 27 septembre, de nombreuses rues sont restées désespérément désertes.

« Je suis un peu perdu, je viens de voir le panneau et je ne sais pas quelle zone est concernée par lopération Paris sans voitures, indique une automobiliste au volant dune petite voiture citadine, la mine un peu inquiète. Jhabite à Rouen ! » Dimanche 27 septembre, de nombreux automobilistes navaient pas entendu parler du fait que la circulation était interdite aux automobilistes de 11h à 18h dans Paris à loccasion de la Journée sans voiture qui en était à sa sixième édition. Beaucoup de Parisiens avaient oublié cette opération. « Cest vraiment très pénible ! » sagace un conducteur dune belle berline, Place Gambetta (XXe arrondissement), qui souhaitait aller à un anniversaire de famille.

Paris désert 

Sur le papier, cette journée sans voiture aurait pu faire la part belle aux badauds, aux cyclistes et aux amateurs de trottinettes. En effet, il est très agréable de pouvoir circuler à vélo avec une circulation réduite au minimum. Mais, cette opération fut un petit échec. Quelques voitures circulaient tout de même dans les rues de Paris. Peu de policiers étaient mobilisés pour procéder à des contrôles. « J’ai vu une zone de filtrage mais les forces de lordre n’arrêtaient pas les automobilistes pour savoir où allaient les conducteurs », déplore un passant de 40 ans qui est surpris de ce dispositif.

En effet, pour les personnes qui se sont baladées, elles ont observé que laffluence des véhicules était relativement importante tout de même. Dans les rues, on croise de nombreux scooters mais aussi quelques camionnettes. Un chauffeur est là pour une livraison speciale auprès de clients pressés qui devaient impérativement se faire livrer dimanche.

Place de LOpéra, une berline puissante franchit le carrefour à toute allure. A quelques pas de là, un jeune homme fait son footing en pleine route. « Aujourdhui, je profite de la faible circulation à Paris pour courir en toute liberté » explique un étudiant passionné de course à pied. Cest donc une journée très spéciale.

Des touristes égarés

En parcourant le quartier de lOpéra, on croise des touristes désemparés qui ont dû laisser leur voiture au parking en découvrant lopération sur les réseaux sociaux. « Avec la pluie, on aurait bien utilisé la voiture », explique Pierre, 43 ans, originaire de Dijon qui accompagne sa famille. Les Dijonnais ont décidé de visiter le Musée dOrsay et vont prendre un taxi. Ces véhicules étant autorisés. Les rares touristes étrangers utilisent dailleurs les services des taxis et des VTC. Les véhicules de secours sont aussi, bien sûr, autorisés. Il y a eu de nombreuses dérogations. Un Parisien croisé rue de la Paix se désespère de la fermeture de certaines lignes de métro comme la ligne 14 ce dimanche. « Ce dispositif me met vraiment dans lembarras », enrage ce passant. Ceux qui roulent malgré tout ont chacun une bonne raison de prendre leur véhicule.

Grogne des Parisiens

me si elle a été réélue confortablement, en juin dernier, Anne Hidalgo continue de diviser les Parisiens. De nombreux habitants de la ville ne supportent plus les difficultés de se déplacer en voiture dans la capitale. Ces dernières années, des couloirs de bus se sont multipliés mais aussi de nombreuses pistes cyclables. Certains axes ont même été interdits aux automobilistes comme la fameuse rue de Rivoli, lun des axes parmi les plus empruntés de la ville.

Stationner est aussi devenu un véritable casse-tête. Les Parisiens sont nombreux à redouter une mise en fourrière de leur véhicule. En effet, de nombreuses places de stationnement ont été supprimées ces derniers mois et les possibilités de se garer se sont vraiment réduites. La municipalité entend encore poursuivre dans cette voie dans les années à venir. Par ailleurs, la mairie veut aussi encourager lusage des transports en commun puisque les abonnements de transport des jeunes Parisiens seront intégralement remboursés. Une opération qui va coûter plusieurs millions deuros.

Réduire la pollution à Paris

Lun des grands combats de la municipalité à Paris est de réduire la pollution dans la ville. Cette pollution est responsable de nombreux décès et les élus Parisiens entendent bien sattaquer sérieusement à ce problème. Ainsi, devant certaines écoles de la capitale, la circulation a tout simplement été interdite. Cest un sujet très important pour la majorité municipale qui est constituée en partie d’écologistes. Des parents d’élèves s’étaient mobilisés récemment à ce sujet. Dans les années à venir, Anne Hidalgo veut diminuer davantage lusage de la voiture mais les artisans et les livreurs se plaignent de ne plus pouvoir travailler correctement.