Laure Manaudou : “Comme moi, Florent n’aime pas nager” (INTERVIEW)

  • Carole Roldane
  • 18, août 2015 à 10h51

Jeune retraitée des bassins de natation, Laure Manaudou (en photo avec le journaliste Cyprien Cini) est désormais consultante pour France Télévisions et c’est émue qu’elle a vécu la victoire de son frère Florent Manaudou qui vient de remporter la médaille d’or du 50 m papillon des Mondiaux de natation en Russie.

Pour RTL, Cyprien Cini a rencontré Laure Manaudou pour “Drôle de rencontre”, et c’est à lire sur “L’épreuve la plus dure de ma carrière ? Pékin 2008”

Ça a été quoi l’épreuve la plus dure de votre carrière ?
L’épreuve la plus dure ça a été Pékin 2008 je pense, et l’après Pékin surtout où je suis partie en dépression, parce que y’avait le regard des gens, y’avait les gens qui critiquaient parce que j’avais rien fait alors que bon j’avais fait 7e aux Jeux, c’est sûr que j’aurais dû faire première. Je suis allée aux JO, j’avais pas envie d’y aller, et à ce moment-là j’ai pensée à Marie-José Pérec que j’ai vue y’a pas longtemps d’ailleurs, et j’avais pas envie de regretter de ne pas y aller, donc j’y suis allée à contrecœur, j’y suis allée parce que j’avais des sponsors, parce que j’avais de la pression, alors que les gens ne m’en mettaient pas, mais c’était moi dans ma tête et je me suis obligée à y aller. Je savais que j’allais me planter, je savais que ça allait être dur après mais il fallait que je le fasse.”

Et après, vous avez dit “dépression” ?
Dépression, parce que j’étais négative, j’avais l’impression d’être au fond d’un trou et de le creuser encore plus loin, et après la chance que j’ai eue c’est de partir aux Etats-Unis, personne me connaissait, je faisais ma vie comme une personne normale finalement.

Y’a votre frère aussi, Florent, champion olympique à Londres… On se souvient tous de cette image où vous lui tombez dans les bras après sa course… Il aime pas nager lui aussi ?
Comme moi il aime pas nager et il veut à tout prix gagner, donc je pense que c’est ça aussi qui fait qu’on a des bons résultats, c’est qu’on n’est pas à fond dans la natation et qu’on se dit pas “C’est dimanche, j’ai pas d’entrainement mais je vais quand même aller nager parce que j’aime nager“.