Laurent Ruquier défend Vanessa Burggraf et tacle Twitter

  • Carole Roldane
  • 8 septembre 2016

Dans une interview pour Paris Match publiée ce jeudi 8 septembre, Laurent Ruquier s’est exprimé en compagnie de Yann Moix et sa nouvelle chroniqueuse Vanessa Burggraf par rapport aux critiques sur cette dernière, tout en donnant le fond de sa pensée sur la tendance des médias à relayer des avis publiés sur Twitter.

Les avis sur Twitter, une « fachosphère » sans valeur

Le présentateur des Grosses Têtes et d’On N’est Pas Couché ne s’est pas gêné pour vivement défendre la chroniqueuse qui succède à Léa Salamé, après une arrivée qui n’était pas du goût de tout le monde. Il a déclaré : « Je trouve que Vanessa Burggraf, pour une première, a vraiment été parfaite, excellente, incisive, mordante, comme je le souhaitais. C’est difficile de succéder à qui que ce soit depuis onze ans à ONPC. A chaque changement, j’ai eu droit à des commentaires. Ça va durer trois à quatre semaines et puis après ça se stabilise ».

Mais l’animateur s’est surtout vite emporté quand le journaliste a fait référence aux avis négatifs à l’encontre de Vanessa Burggraf sur le réseau social Twitter. Il l’a interrompu en lui demandant : « vous n’allez pas faire partie des cons qui reprennent Twitter ? », avant de qualifier le site à l’oiseau bleu de « fachosphère » et de poursuivre « C’est tellement débile. Vous n’êtes pas assez grand pour juger vous-même ? Dites ce que vous en pensez, ne vous basez pas sur trois tweets de connards, s’il vous plaît ».

Des tweets qui ne devraient pas avoir autant d’importance

Visiblement agacé par la prise en compte des tweets dans les médias, Laurent Ruquier connait bien la situation dans laquelle se trouve la chroniqueuse comme il le fait remarquer : « Si j’avais suivi Twitter quand je suis arrivé sur RTL, je me serais pendu tellement les gens pensaient qu’on ne pouvait pas remplacer Philippe Bouvard ».

De son coté la chroniqueuse admet avoir lu les commentaires sur le réseau social mais reste professionnelle et préfère se concentrer sur son travail que sur l’avis des gens.