Vaccination contre la grippe: Attention à ce qui va changer cette année de Covid !

Le Vaccin qui arrive pour le Covid-19, est-il dangereux pour votre santé? On vous dit tout ce que l’on sait déjà

  • Mieger Tristan
  • 11, novembre 2020 à 20h13

Le duo Pfizer-BioNTech a annoncé ce lundi 9 novembre, que son vaccin s’était révélé “efficace à 90%” après la première analyse intermédiaire de son essai de phase 3. Mais de nombreuses questions restent en suspens et notamment celle de la dangerosité. Explications.

L’espoir d’un vaccin rapide, s’accélère

Dans la course aux vaccins contre le coronavirus lancée depuis plusieurs mois maintenant, deux laboratoires ont pris une longueur d’avance. En effet, Pfizer (USA) et BioNtech (Allemagne) ont annoncé avoir mis au point un vaccin efficace à 90% contre le coronavirus Sars-CoV-2, selon leurs premiers résultats de phase 3. Cette “efficacité vaccinale” a notamment été mesurée en comparant le nombre de participants infectés par le nouveau Coronavirus dans le groupe qui a reçu le vaccin et dans celui sous placebo : “Si la phase 3 se déroule bien, avec un vaccin utilisé dans une population où le virus circule, il est possible, via des calculs statistiques, de prouver une efficacité avec une certaine marge d’erreur“.

Les deux laboratoires Pfizer et BioNTech prévoient de le soumettre rapidement à l’autorité sanitaire américaine qui autorise la commercialisation des médicaments et vaccins : “Il ne faut pas être trop pressé, moi je pense que rien ne sera fait avant l’année prochaine, probablement le printemps ou le milieu d’année, en terme d’utilisation du vaccin dans la population française” a déclaré Yves Buisson.

Les français sont-ils prêts à se faire vacciner ?

L’ARN messager du vaccin s’insère et prend le contrôle de cette machinerie pour faire fabriquer un antigène spécifique du coronavirus. Il sera ensuite détecté par le système immunitaire qui va produire des anticorps : “C’est une approche nouvelle, on veut être absolument certains de l’innocuité de ce vaccin, et cela, c’est un petit plus long que quelques mois pour en être absolument certain, il faudra un suivi en population” a notamment expliqué Yves Gaudin, virologue. Ce dernier explique également qu’en phases 1 et 2, il n’y a pas eu d’effets indésirables pour le moment : “Actuellement, on ne voit pas d’effet indésirable préoccupant, mais cela concerne donc des essais limités, en nombre de participants comme en durée“.

Ne risque-t-on pas de passer à côté de tels effets secondaires avec des essais cliniques accélérés? C’est une incertitude et c’est justement cette incertitude qui fait peur. En effet, les français ont une méfiance est présente. D’ailleurs, selon les conclusions d’un sondage de l’institut Ipsos publié jeudi dernier, seulement 54 % des Français sondés seraient prêts à se faire vacciner. Un vaccin est toujours risqué. L’objectif, c’est que le bénéfice dégagé soit fortement supérieur au risque encouru. Et c’est justement grâce aux essais cliniques qui se feront dans les prochains jours, que nous allons savoir la réalité des chiffres. Alors, un peu de patience.