meghan Markle

Meghan Markle annonce avoir fait une fausse-couche, “J’ai ressenti une forte crampe”, moment difficile pour la star

  • Mieger Tristan
  • 26, novembre 2020 à 16h20

Ce mercredi 25 novembre, le “New York Times” a publié une tribune de Meghan Markle dans laquelle cette dernière révèle avoir fait une fausse couche. La duchesse de Sussex a laissé parler son émotion dans ce texte et veut sensibiliser tout le monde sur ce sujet encore tabou. Explications.

Meghan Markle raconte le moment de sa fausse-couche

Meghan Markle débute son récit en dévoilant une matinée de Juillet 2020, lors de laquelle la jeune femme s’est effondrée alors qu’elle tenait son fils Archie dans les bras :“Après avoir changé la couche d’Archie, j’ai ressenti une crampe violente. Je me suis laissée tomber sur le sol avec lui dans mes bras, fredonnant une berceuse pour nous gardions notre calme tout les deux, la mélodie joyeuse contrastant terriblement avec mon sentiment que quelque chose n’allait pas. Je savais, en serrant mon premier-né, que je perdais mon deuxième” explique-t-elle notamment.

Meghan Markle a ensuite raconté ces heures d’attente à l’hôpital : “Je sentis sa paume moite et embrassais ses pliures, humides de nos larmes. En regardant les murs blancs et froids, mes yeux se sont vitrés. J’ai tenté d’imaginer comment nous guéririons” dit-elle tout d’abord. Elle explique ensuite avoir trouvé ce qui pouvait la rendre courageuse face à cet évènement : “Je me suis souvenu d’un moment l’année dernière où Harry et moi étions en train de terminer une longue tournée en Afrique du Sud. J’étais épuisée. J’allaitais notre bébé et j’essayais de garder un visage courageux aux yeux du public“.

La fausse-couche, un sujet encore tabou

Et si justement Meghan Markle souhaitait prendre la parole, c’est pour évoquer ce drame qu’elle considère encore tabou à notre époque :  “Perdre un enfant signifie porter un chagrin presque insupportable, vécu par beaucoup mais dont peu de gens parlent. Malgré le caractère commun et stupéfiant de cette douleur, la conversation reste taboue, criblée d’une honte injustifiée et perpétuant un cycle de deuil solitaire” explique la jeune femme. Elle explique ensuite, qu’il faut aller parler à la personne, qu’il ne fallait pas la laisser seule : “La seule manière de permettre à quelqu’un de commencer à panser ses blessures est d’abord de lui demander : ‘comment vas-tu ?'”. 

La voie de guérison passe aussi par la parole, et même si la plupart des personnes ne peuvent pas, ne veulent pas, d’autres ont le courage de le faire : “Certains ont eu le courage de partager leurs histoires, ils ont ouvert la voie : lorsqu’une personne dit la vérité, cela nous autorise tous à faire de même (…) En étant invités à partager notre douleur, nous faisons ensemble les premiers pas vers la guérison”. Pour rappel, des personnalités comme la chanteuse Beyoncé, en 2013, ou Michelle Obama, en 2018, ont ainsi déjà révélé avoir subi une fausse couche.