Muriel Robin tête d’affiche sur TF1 dans « Muriel Robin fait son show » (Interview)

  • Carole Roldane
  • 21, août 2013 à 12h08

Présentation Nikos Aliagas.
Le samedi 7 septembre à 20H50, une soirée exceptionnelle avec les plus grands humoristes et comédiens français rendront hommage à Muriel Robin et revisiteront les plus grands sketches de son répertoire comme :
Pierre Palmade, Florence Foresti, Gad Elmaleh, Michèle Laroque, Mimie Mathy, Elie Semoun, Jean-Marie Bigard, François-Xavier Demaison, Isabelle Nanty, Jonathan Lambert, Michel Galabru, Chantal Ladesou, Jérôme Commandeur, Virginie Hocq, Helena Noguerra, Max Boublil, Martin Lamotte, Valérie Karsenti, Thomas Boissy.

En exclusivité, Muriel Robin interprétera deux sketches de son nouveau spectacle « Robin revient… Tsoin, Tsoin » qu’elle jouera sur la scène du Théâtre de la Porte Saint-Martin du 17 septembre au 19 octobre et en tournée dans toute la France.

Qu’est-ce qui a vous a poussé à faire votre show ?
Dès lors que j’écris un sketch, un spectacle ou prépare une émission, je pense avant tout au public. Avec les équipes d’Anne Marcassus, nous souhaitions proposer une soirée totalement inédite. Voir mon répertoire revisité par les plus grands noms de l’humour est une idée que j’avais depuis longtemps en tête. J’ai désormais hâte que les téléspectateurs retrouvent L’addition, Le noir, Le salon de coiffure – pour ne citer qu’eux – joués par mes complices. La curiosité est de mise car on peut aisément se demander qui interprétera telle ou telle scène à sa façon.

Le plateau est pour le moins prestigieux. Comment avez-vous réuni un tel casting ?
Nous avons travaillé de concert avec les équipes de production d’Anne Marcassus, que je connais depuis très longtemps. Tous ceux que nous avons appelés ont répondu à notre invitation et j’ai retrouvé avec plaisir tous mes camarades, de Pierre Palmade à Florence Foresti, en passant par Gad Elmaleh, Michèle Laroque, Mimie Mathy, Elie Semoun, Jean-Marie Bigard et tant d’autres numéros un du rire. Des comédiens nous ont également rejoints pour faire revivre, par exemple, des extraits du spectacle Ils s’aiment et Ils se sont aimés, que je n’ai pas joué, mais écrits. Evidemment, j’ai pris «un petit coup de vieux» en les voyant tous réunis autour de moi – ils m’appellent tous la patronne ! -, mais ce rendez-vous avait surtout une connotation très tendre. Il est si rare que nous nous retrouvions tous ensemble, que j’ai plus que jamais profité de l’instant présent.

Comment la préparation en amont s’est-elle orchestrée ?
Tout s’est déroulé à merveille. Les artistes savaient parfaitement qu’ils pouvaient compter sur moi s’ils avaient besoin d’un «deuxième œil» ou de toute indication sur le plateau. Ils ont eu naturellement toute liberté pour couper les textes afin de les adapter au format télévisé. Le cas échéant, j’ai opéré les coupes moi-même. En revanche, concernant les textes, ils sont immuables au même titre que les paroles d’une chanson. C’est une mécanique qui fonctionne à la virgule près. Voir L’addition interprété par Florence Foresti ou Le dictionnaire joué par Gad Elmaleh est savoureux. Chacun a apporté son talent et sa propre folie. J’espère que le public sera aussi conquis que je l’ai été. J’aime à croire que mes petits textes ont traversé le temps et que vingt-cinq ans après pour certains, ils résonnent encore dans la mémoire collective.

Justement, qu’avez-vous ressenti en tant que spectatrice en voyant votre répertoire revisité ?
Voir mon répertoire réinventé est un vrai cadeau. J’ai beaucoup ri et échangé de nombreux regards complices avec Pierre car nous avons écrit les sketches ensemble. C’est une grande joie de voir que vingt-cinq ans après, tout fonctionne et que nos sketches sont peut-être intemporels. C’est aussi le cas des spectacles Ils s’aiment et Ils se sont aimés dans lesquels on traite des rapports dans le couple, un sujet éternel. A la différence du stand-up, mes sketches, qui sont en situation, demandent peut-être davantage de qualités de comédiens. Le jeu y tient, en tout cas, une grande place. Et quand, par exemple, Jean-Marie Bigard incarne La réunion de chantier, on retrouve toute sa force de comique et c’est une réussite. Quoi de mieux pour me rendre hommage que de consacrer une émission à mon répertoire ? Je suis comblée.

Les téléspectateurs découvriront deux sketchs inédits tirés de votre nouveau spectacle «Robin revient… Tsoin, Tsoin». Après huit ans d’absence, avez-vous hâte de remonter sur scène ?
Mon public m’a beaucoup manqué et j’ai un rendez-vous important avec lui à partir du 17 septembre au Théâtre de la Porte Saint-Martin, puis en tournée en France. J’y pense évidemment beaucoup. Je retravaille encore le spectacle depuis mon lieu de vacances pour peaufiner encore et toujours certains détails. La partie n’est jamais gagnée d’avance. Les spectateurs vont découvrir un spectacle que j’ai écrit seule. Il était très important pour moi que le rire soit au rendez-vous comme avant, la folie aussi, mais avec cette fois un propos. Je vais leur dire beaucoup de choses sur ma vie et, finalement, sur la vie, dans une prestation oscillant entre stand-up et sketches. Je remonte sur scène pour les entendre rire et aussi, très humblement, pour peut-être leur donner à ma façon, une note d’espoir.

A titre plus personnel, qu’est-ce qui vous fait rire ?
Je suis très sensible à la qualité des textes et au jeu d’acteur. Dernièrement, j’ai été très séduite par La troupe à Palmade, composée de comédiens âgés d’une trentaine d’années très talentueux. Ils sont une référence en matière d’exigence de jeu et d’écriture. Concernant la scène comique française, je me refuse à citer des noms… Il y a trop de grands talents et j’en oublierai certainement !
Source : Communiqué de TF1.