Nerve : un film pour ados qui raconte les dérives de l’ère numérique

  • Carole Roldane
  • 24, août 2016 à 14h00

De premier abord il s’agit d’un nouveau film pour adolescents mais en y regardant de plus près le thriller pourrait bien se révéler comme une subtile caricature de la société actuelle. Un portrait des dérives du numérique pas si loin de la réalité, qui fait froid dans le dos. Le film tire son nom d’une application pour smartphone fictive, Nerve, qui fait fureur chez les jeunes.

Plus qu’un énième teen movie : Nerve pointe du doigt les travers de la génération numérique

Cette application imaginaire serait une sorte de croisement entre Périscope, qui permet de prendre des vidéos et les diffuser en streaming live depuis son téléphone et le bon vieux jeu d’adolescents action ou vérité. Le tout inspiré de la génération Youtube, comme l’expliquent les réalisateurs Ariel Schulman et Henry Joost qui ont utilisé la plateforme “pour avoir des idées”.

Cette combinaison donne une application où les utilisateurs choisissent soit d’être “joueur” et de réaliser des défis filmés en direct, soit de payer pour être “voyeur” et simple spectateur. Le phénomène dégénère et les défis deviennent de plus en plus dangereux. Emma Roberts et James Franco jouent les deux protagonistes principaux qui se retrouvent entraînés dans une spirale infernale, au point de mettre leur vie en danger.

Une application pas loin de la réalité qui fait d’autant plus peur

Le problème, c’est qu’à l’heure actuelle le scénario du film pourrait bien finir dans les faits divers. Nous sommes déjà dans une société connectée où l’interaction virtuelle prime et une telle application pourrait facilement voir le jour. C’est ce que le film cherche à faire comprendre sous couvert de son histoire.

Nerve port à réflexion surtout quand on pense aux dérives sur internet. Les harcèlements sur les réseaux sociaux, le nombre de challenges vidéos viraux sur la toile et les récents déboires du phénomène Pokémon Go qui a entraîné des accidents et vu des utilisateurs piégés pour se faire racketter.