Philippe Etchebest

Philippe Etchebest : totalement anéanti et énervé, Sa demande spéciale pour le gouvernement

  • Mieger Tristan
  • 24, novembre 2020 à 21h14

Ce dimanche 22 novembre, Philippe Etchebest était l’invité de Laurent Delahousse pour parler de la situation des restaurateurs en France. L’occasion pour le chef de demander une chose concrète au gouvernement. Explications.

Philippe Etchebest a peur pour sa profession

Comme à son habitude, Philippe Etchebest est en colère. Si lors du premier confinement, il avait pris la parole pour l’ensemble de sa profession, il en a fait de même pour ce second. Mais cette fois-ci, il est en contact direct avec Bruno Le Maire et a détaillé ce que le gouvernement pouvait faire concrètement : “C’est le fond de solidarité qui serait pris sur le fond de relance. Parce qu’on parle de fond de relance, mais il y a le fond de survie qui est important. Et ce serait d’attribuer 15% du chiffre d’affaire qui correspond tout simplement aux frais fixes. Ce qui permettrait juste de survivre, et de pouvoir espérer, pour la plupart d’entre nous, rouvrir quand on nous l’autorisera”.

S’il sait que les restaurateurs seront les derniers à rouvrir, il a une demande spécifique pour le gouvernement : “Vraiment. Qu’il nous aide pour de vrai, pas des effets d’annonces. Il faut des seuils d’éligibilité pour pouvoir avoir des aides et je peux vous assurer que tout le monde n’y a pas droit, donc aujourd’hui, ce serait de mettre 15% du chiffre d’affaire en place pour pouvoir payer les frais fixes et pour pouvoir être à zéro et pour pouvoir espérer rouvrir en temps voulu, et pour que le plus grand nombre puisse le faire”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Philippe Etchebest (@chef.etchebest)

Philippe Etchebest, un papa heureux

Si Philippe Etchebest est plutôt pudique, ce dimanche 22 novembre sur le plateau du JT de 20h de France 2, il est revenu sur le bonheur d’avoir pu adopter un petit garçon : “Un coup de fil de l’ambassade du Mexique, qui confirmait, après des années d’attente, que Dominique et moi allions pouvoir adopter un petit garçon ! Je vous laisse imaginer la force explosive de ce cocktail d’émotions”.

Il poursuit son propos et parle de la paternité et de sa façon d’éduquer son petit : “Je ne suis évidemment pas aussi présent que je le souhaiterais, mais quand je suis là, j’y suis à 100%. J’assiste à tous ses entraînements de rugby, on fait ses devoirs ensemble, même s’il n’aime pas trop, car je manque parfois un peu de patience ! C’est mon défaut. Comme tout le monde, je fais certainement des erreurs, mais j’essaie d’être le meilleur père possible”.

Toute reproduction, en tout ou en partie, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans l’autorisation préalable de Ldpeople.com