Pour Michel Drucker, la télévision c’est ‘le bal des faux-culs’

  • Carole Roldane
  • 18, juillet 2018 à 11h29

Réprimandé par sa direction après ses propos envers Laurent Delahousse qu’il cite comme un ‘Mec pas bien’, Michel Drucker ne regrette pas ses critiques malgré les propos jugés comme “inadmissibles” par le directeur des programmes de France Télévisions, Takis Candilis.

Voici les propos que Michel Drucker avaient livrés dans Le parisien du 4 juillet dernier :
De toute ma vie, je n’ai jamais critiqué un confrère, j’ai été d’une loyauté et d’une fidélité indéfectible au service public. Mais là, c’en est trop. Parce que Laurent Delahousse n’est pas un mec bien ! Il a demandé ma place pendant près de dix ans. Chaque saison, il menaçait la direction de partir s’il n’avait pas le 19 heures alors que j’étais une locomotive pour son journal. Au départ, je ne le croyais pas. Jusqu’au jour où il l’a dit ouvertement. Ça m’a peiné. J’ai trouvé ça surréaliste. Il a été d’une inélégance incroyable“.

Tout le monde sait que ce milieu, c’est le bal des faux-culs

Une source s’est confiée à Télé Loisirs : “Michel a mûrement pensée cet interview. Cela faisait des mois qu’il la préparait. Il l’avait promis au Parisien. Chaque mot était pesé. Et il s’est évidemment posé la question avant de savoir si elle allait lui porter préjudice.

J’ai passé l’âge de me taire

Questionné par la suite par nos confrères de TVMag, Michel Drucker persiste et ne regrette rien :
J’ai passé l’âge de me taire. Tout le monde sait que ce milieu, c’est le bal des faux-culs ! Après cinquante-cinq ans de métier, je pensais que je méritais plus de courtoisie et d’élégance. Mais je suis trop attaché au passé, à l’affect. C’est la réaction d’un blessé, d’un déçu...”, assure le légendaire animateur.