Sanction : TPMP ne pourra plus diffuser de pub durant trois semaines

  • Carole Roldane
  • 8 juin 2017

Dans son communiqué de presse, la chaîne C8 se dit stupéfaite par la sanction du CSA :
« La société C8 a pris connaissance avec stupéfaction des décisions de sanctions prononcées par le Président du CSA Olivier Schrameck et son collège à l’encontre de l’émission « Touche pas à mon poste !« . Ces sanctions, qui visent à priver de ressources publicitaires l’émission phare de la chaîne pour une durée de trois semaines, frappent par leur caractère disproportionné et discriminatoire. Elles témoignent du traitement inéquitable dont TPMP est victime de la part du CSA, alors que de nombreuses séquences problématiques diffusées à la télévision et à la radio ne font quant à elles l’objet d’aucune réaction« , commence la chaîne du groupe C+.

Une sanction qui s’applique aux émissions en direct et aux rediffusions

C8 explique avoir pourtant alerté M. Olivier Schrameck, l’actuel président du Conseil supérieur de l’audiovisuel :
« C8 a eu l’occasion, à plusieurs reprises, d’alerter M. Olivier Schrameck dans différents courriers sur ce sujet et plus globalement sur l’acharnement subi par la chaîne et son programme phare. Ces sanctions vont inévitablement fragiliser l’équilibre économique de la chaîne. C8 prendra toutes les mesures juridiques appropriées« .

Cette sanction intervient après que les dirigeants de la chaîne ait été auditionnés hier matin.

Avec cette décision liée à 2 séquences diffusées en novembre (caméra cachée mettant en scène Matthieu Delormeau) et décembre 2016 (Capucine Anav victime d’une séquence sexiste et dégradante) et selon une source proche du dossier, la perte de CA se situerait entre 1,5 million et 2 millions d’euros pour C8.