Steevy Boulay s’en prend à Jean-Marc Morandini

  • Carole Roldane
  • 13 septembre 2016

Actuellement en tournée promotionnelle pour la sortie de premier son livre intitulé « Le devoir avant tout », le chroniqueur Steevy Boulay a donné une interview pour le magazine people Voici au cours de laquelle il a également abordé le sujet de Jean-Marc Morandini.

Travailler avec Jean-Marc Morandini était « l’enfer » selon Steevy Boulay

Le présentateur et Steevy Boulay on eu l’occasion de travailler brièvement ensemble en 2011 pour l’émission Morandini! diffusée en direct sur D8. Une collaboration qui semble avoir laissé un goût amer au protégé de Laurent Ruquier. A l’époque les médias avaient vite relayé l’affaire en évoquant de grosses tensions entre les deux mais la faute était rejetée sur le chroniqueur dont le comportement était qualifié d’ingérable.

Aujourd’hui le lofteur devenu romancier revient sur cette histoire et déclare qu’il a « vécu l’enfer » au coté de Jean Marc-Morandini. Le chroniqueur s’explique « C’est simple, en quinze ans avec Laurent Ruquier, je n’ai jamais eu un problème. En deux mois avec Morandini, j’ai vécu un enfer. Voilà. Moi, j’ai des principes de vie qui sont bien ancrés et, visiblement, on n’avait pas les mêmes principes. Moi, j’aime la loyauté, j’aime les gens droits pour résumer. Il ne l’a pas été ».

Impassible face aux déboires de Morandini

Alors que Jean-Marc Morandini est actuellement dans la tourmente, Steevy Boulay continue placide : « On récolte ce que l’on sème, j’ai envie de vous dire. Je ne souhaite du mal à personne moi, je ne suis pas là pour accabler ou quoi que ce soit. Tant pis pour lui, il a joué avec le feu, il s’est brûlé ».

Le présentateur est sous le coup de deux enquêtes préliminaires suites à des accusations d’harcèlement sexuel, de corruption de mineur et de travail dissimulé lors des castings douteux de sa web-série « Les Faucons », qu’il dément entièrement. Reste à savoir s’il s’agit d’une preuve de plus dans le dossier Jean-Marc Morandini ou d’une manoeuvre publicitaire de la part de Steevy Boulay.