TF1: Le JT tourne très mal, la correspondante est forcée de stopper en plein direct

TF1: Le JT tourne très mal, la correspondante est forcée de stopper en plein direct

  • Marie P.
  • 5 juin 2020

Durant son duplex, la correspondante à Washington de TF1 a dû subitement mettre un terme à son direct

Suite à la mort de George Floyd, à cause d’une bavure policière, de nombreuses manifestations ont lieu dans le monde entier. Le travail des journaliste est aussi assez perturbé par cet événement.

Aux États-Unis, la situation est très tendue actuellement après la mort George Floyd, un américain de 46 ans asphyxié lors d’un contrôle de police. En effet, suite à une bavure policière, l’homme noir est décédé après 8 minutes, la nuque coincée sous le genou d’un policier blanc, sans pouvoir respirer.

Les manifestations se poursuivent donc actuellement et les forces de l’ordres sont réunies pour cet événement. Certains policier ont aussi montré leur soutien aux manifestants en baissant la garde et en s s’agenouillant devant le peuple, durant les manifestations. D’autres ont en revanche foncé au travers de la foule, comme on peut le voir sur des images tournée s à New-York.

Le travail des journalistes n’est donc pas facilité non plus, sur place. Catherine Jentile, la correspondante à Washington de la première chaîne a pu le constater le mardi 2 juin 2020.

Alors qu’elle était en duplex, durant le JT de 13h de TF1, Jacques Legros l’a interrogée afin de savoir si la tension était retombée dans le pays.

Après une nouvelle nuit de violences, la journaliste spécialistes des États-Unis Catherine Jentile a été forcée d’interrompre son intervention, suite ç sa prise de parole.

En direct de Washington, la journaliste était placée devant « l’église où Donald Trump est venu hier après avoir annoncé qu’il était prêt à envoyer l’armée pour rétablir le calme partout dans le pays« . Elle a ensuite expliqué que la rue où elle se trouvait était celle qui longeait la Maison-Blanche.

Ce sont d’ailleurs les services de renseignements américains qui ont décidé de mettre fin à ce duplex : « Maintenant, on est obligé d’arrêter parce que les services secrets nous demandent de partir », a-t-elle expliquée au remplaçant de Jean-Pierre Pernault.

La journaliste a d’ailleurs souligné que le travail de la correspondante aux États-Unis « n’est pas facile pour le moment ».

Elle a donc relayé l’information directement sur Twitter.

Le 30 mai dernier, un véhicule d’une autre équipe de TF1 avait été la cible de la police à Minneapolis, par une «balle en caoutchouc», c’est d’ailleurs là d’où sont parties les manifestations afin de soutenir et demander justice pour George Floyd, et les journalistes ont été arrêtés avant d’être «relâchés rapidement».

En parallèle de ces manifestation, la maison blanche est donc barricadée toutes la semaine avec des grillages et des barrières pour renforcer la protection autour du domaine présidentiel, qui lui, a été emmené de force dans u n bunker, via un tunnel sous la maison blanche.