TPMP invite Soraya Riffy et discute du dérapage de Jean-Michel Maire

  • Carole Roldane
  • 18, octobre 2016 à 14h00

C’est une histoire qui a déjà fait couler beaucoup d’encre en quelques jours. C’est le moment qui est resté du marathon des 35 heures à l’antenne de Cyril Hanouna. Jean-Michel Maire a crée la polémique en embrassant une invitée sur le sein sans son consentement. Hier soir le 17 octobre, l’équipe de Touche Pas a Mon Poste! a abordé le sujet et invité la jeune femme pour qu’elle puisse s’exprimer.

Un geste regrettable pour l’équipe

Cyril Hanouna et sa troupe on profité de l’émission de hier soir pour en discuter et commenter l’affaire. Si le chef de l’émission peut comprendre les risques d’escalade et est conscient que des femmes vivent encore pire au travail, il note également : “la presse s’est jetée dessus parce qu’ils n’ont rien à faire”. Pour Gilles Verdez le geste “n’est pas excusable” et même s’il comprend de se laisser entrainer par l’ambiance il trouve cela irrespectueux et goujat.

Même son de cloche en demi-teinte chez les autres chroniqueurs, qui n’excusent pas le geste mais n’approuvent pas le terme d’agression sexuelle et peuvent comprendre l’effet du plateau télé, du show et de la fatigue après 10 heures d’antenne. Le principal intéressé, Jean-Michel Maire, avoue avoir été très touché et meurtri par l’accusation d’agression sexuelle qui l’a beaucoup choqué.

Jean-Michel Maire très touché, Soraya l’excuse

Il déclare, la voix trembante d’émotion : “C’est vrai que ça m’a blessé. Je le reconnais, surtout la violence des mots, parce que Dieu sait que je respecte les femmes autant que je peux. Que je suis un gros lourd, ça je l’avoue aisément”. Il continue et réitère ses excuses “Parfois je dépasse les bornes (…) si ce geste a été déplacé je m’en excuse une nouvelle fois” en confirmant ne pas avoir eu conscience de la porté de son geste dans le feu de l’action.

La jeune femme, Soraya, de son coté a tenu à venir s’exprimer. Elle déclare sur le plateau “C’était un manque de respect je suis d’accord, mais je veux vraiment souligner que Jean-Michel Maire m’a présenté des excuses sur le plateau, que j’ai acceptées”. Elle conclut également que “quand une femme dit non c’est non”. Elle ne portera pas plainte et ne souhaite pas accabler le chroniqueur.